Menoncle Jason fait La grosse piastre avec son nouveau disque

Après avoir chanté la vie à la campagne et de ses voisins, le chanteur country Menoncle Jason cherche maintenant à faire la «grosse piastre» avec son deuxième album.

Toujours aussi coloré, Menoncle Jason s’amène sur la scène musicale en jetant un regard humoristique sur tout ce qui l’entoure. Avec des titres comme Halle ta marde, Poker machine et Grosse garbage, l’artiste est même un peu plus sarcastique, avec une certaine dose d’humour noir.

Son deuxième album La grosse piastre rassemble 12 pièces originales. Les questions d’argent en sont la pierre angulaire reflétant ainsi un peu le monde dans lequel on vit.

Si sur son premier disque Dans son prime paru en 2016, le chanteur natif de Memramcook racontait les réalités de la vie rurale, cette fois il s’est penché un peu plus sur le personnage. Qui est vraiment Menoncle Jason? Quelles sont ses aspirations et pourquoi cherche-t-il autant à éloigner ses voisins. La quête de la «grosse piastre», du luxe et de la gloire est très présente.

«Sur le premier disque, c’était plus une affaire de lieu. Là, j’ai pensé que je devrais essayer d’explorer plus comment le personnage se sent, comme ses rêves d’aller en Floride. Ça finit toujours par tourner autour de l’argent. Je voulais apporter une autre couche au personnage», a déclaré Jason LeBlanc alias Menoncle Jason.

L’auteur-compositeur-interprète trouve son inspiration dans la Vallée de Memramcook et parfois même dans son emploi dans le domaine de la construction. Dans la chanson Bungalow, Menoncle Jason s’imagine être une maison.

Qui a dit que le country était simple?

Certainement pas Menoncle Jason. Pour ce deuxième opus, il s’est entouré de plusieurs musiciens pour apporter de nouvelles sonorités aux chansons qui effleurent le rock et le pop des années 1960. Après avoir flirté avec la musique des années 1950, il a eu envie d’avancer dans le temps. Le chanteur et musicien fait ainsi encore plus swinguer le country.

Afin d’illustrer ce nouvel univers, Menoncle Jason a revêtu un costume plutôt chic très «glamour» qu’il a d’ailleurs déjà porté à l’émission de variétés Belle et Bum. «On peut s’imaginer que si Menoncle Jason avait de l’argent il se payerait un « suit fancy », des grosses bagues et des grosses montres», souligne le chanteur avec une pointe d’ironie.

Les images de la pochette sont des peintures de l’artiste Noémie Desroches. L’enregistrement a été réalisé encore de façon analogue au studio MRC (Memramcook Recording Company) et la réalisation est de Mike Trask. Parmi les collaborateurs, on retrouve les musiciens Christien Belliveau, Marie-Andrée Gaudet et Sébastien Michaud ainsi que Julie Aubé et Katrine Noël des Hay Babies aux voix.

«On est allé avec de l’équipement plus moderne que le premier, mais quand même c’est un équipement des années 1960 au lieu des années 1950. Il y a plus de collaborateurs que sur le premier.»

Le premier extrait Florida fait un peu la transition entre le premier et le deuxième album, estime l’auteur-compositeur-interprète.

Pour son spectacle de lancement, ils seront 12 musiciens sur la scène de la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen à Moncton.

«Comme il y a beaucoup d’instruments sur le disque, on veut représenter tout ce qu’on a fait sur le disque. Ça prend 12 musiciens pour représenter le disque le mieux possible», a expliqué l’artiste qui admet qu’il aime parfois se compliquer la vie.

Celui qui a mis une année de travail à la production de ce disque cherche à peaufiner sa musique et à donner une couleur singulière au country qui à première vue peut paraître simple. Son album reflète cette recherche de sonorités.

Après le spectacle de lancement, le chanteur envisage de monter un spectacle à quatre musiciens afin de pouvoir partir en tournée.

En 2019, il a sillonné les routes du pays et même celles de l’Europe avec une tournée de cinq semaines dans six pays.

Le spectacle de lancement est présenté le 10 décembre à 20h. Le disque La grosse piastre est disponible depuis le 6 décembre.