Le Musée de Kent recevra la plus vaste collection d’art populaire acadien

L’imposante collection d’art populaire acadien de Maurice et Claudette Cormier, léguée récemment à l’organisme Nation Prospère Acadie, est prêtée au Musée de Kent à Bouctouche afin d’être mise en valeur au cours de la prochaine décennie.

Au-delà de 1200 tableaux réalisés par plus de 250 artistes acadiens, la plupart étant amateurs, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, composent la collection Cormier.

Selon l’ancien directeur et conservateur du Musée acadien, Bernard LeBlanc, il s’agit assurément de la plus grande collection d’art populaire acadien.

Le couple Cormier de Moncton cherchait à la léguer à un organisme acadien depuis au moins une dizaine d’années. Bernard LeBlanc a eu accès à la collection à l’époque où il travaillait au Musée acadien.

«J’ai été surpris de voir l’ampleur de sa collection, mais M. Cormier voulait qu’elle reste intacte et nous n’avions simplement pas l’espace au musée. De plus, la collection ne cadrait pas vraiment dans le mandat du musée.»

L’intérêt de cette collection réside dans sa qualité, sa diversité et la très grande quantité d’artistes acadiens qui en font partie. Le couple Cormier a rassemblé ses œuvres pendant une quarantaine d’années dans le but de les remettre un jour à la collectivité acadienne.

Bernard LeBlanc se réjouit de voir que la collection a maintenant un nouveau toit. À son avis, elle témoigne bien de la pratique artistique des Acadiens. La plupart des œuvres ont été réalisées avant la fondation du Département d’art visuel à l’Université de Moncton, en 1963.

«Ce qui ajoute à la richesse et à la valeur de la collection, c’est la recherche que Maurice Cormier a faite sur les oeuvres. Il achetait un tableau avec un nom acadien, disons dans un marché aux puces ou une vente-débarras, et il essayait de savoir qui était cette personne-là.»

Cette collection permet de mieux comprendre l’étendue du phénomène de l’art populaire en Acadie au 19e et au 20e siècle. D’après l’ancien conservateur, certaines peintures sont très belles. On retrouve aussi des oeuvres d’artistes un peu plus professionnels, dont Édouard Gautreau, Jeanne Léger, Léo LeBlanc, Anna Malenfant, Père Anselme Chiasson ainsi que les religieuses Annie Forest et Eulalie Boudreau.

Le responsable de Nation Prospère Acadie, Daniel LeBlanc, souligne que la collection rassemble principalement des paysages. On peut y voir notamment des scènes de villages côtiers avec des thématiques acadiennes.

«Le sentiment que ça donne en regardant la collection, c’est qu’on voit que les gens naturellement font de l’art depuis toujours», a-t-il commenté.

Grand amateur d’art en général et de peinture, Maurice Cormier est un des diplômés de la première classe d’art de Claude Roussel à l’Université de Moncton, au début des années 1960.

M. Cormier a publié un essai: L’Acadie sur toile, sur l’histoire des arts visuels depuis la déportation des Acadiens jusqu’à la création de la Faculté des beaux-arts à l’Université de Moncton en 1963.

La conservation de l’art populaire

La conservation de collections d’art figure parmi les mandats de l’organisme Nation Prospère Acadie. Daniel LeBlanc précise que le groupe a choisi l’art populaire comme champ d’action puisqu’il s’agit d’un secteur plutôt négligé par les institutions et les collectionneurs. L’art contemporain bénéficie déjà de galeries publiques et de collectionneurs privés, tandis que l’art amateur est en quelque sorte orphelin. C’est ainsi que la collection Cormier leur a été léguée.

À ce jour, elle se trouvait toujours dans le sous-sol de la résidence du couple Cormier. Les responsables de l’organisme procèdent, cette semaine, au déménagement de l’ensemble de la collection vers l’ancien Couvent de Bouctouche (transformé en musée) où elle sera entreposée.

Le président du Musée de Kent, Pierre Cormier, précise qu’ils ont l’intention de présenter plusieurs expositions des œuvres de la collection Cormier au cours des prochaines années.

«Nous allons trouver un moyen de l’exposer, peut-être par thème. Il va falloir en discuter et consulter des gens qui s’y connaissent dans le montage d’expositions de ce genre.»

La première exposition au Musée de Kent est prévue pour l’été 2020 à l’occasion du 140e anniversaire de la construction de l’ancien Couvent de Bouctouche.

Un choix d’oeuvres sera fait au cours de l’hiver.

L’organisme Nation Prospère Acadie entend aussi créer une banque d’art populaire, dont fera partie la collection Cormier.