Une abondance d’albums acadiens à surveiller en 2020

L’année 2020 s’annonce faste en sortie de disques. Au moins une quinzaine d’auteurs-compositeurs-interprètes et groupes de l’Acadie envisagent de faire paraître du nouveau matériel sous forme d’albums, de chansons uniques ou encore de mini disques.

Si l’industrie du disque est en perte de vitesse, il reste que les musiciens continuent de produire et de créer. Les Hay Babies, Chloé Breault, Émilie Landry, Les Hôtesses d’Hilaire, Laurie LeBlanc, Christine Melanson, P’tit Belliveau et Jacques Surette figurent parmi les artistes qui se préparent à lancer des albums complets au cours des prochains mois. Chez Le Grenier musique, on estime que le catalogue de l’année 2020 sera aussi bien garni qu’en 2019.

Après avoir présenté des mini disques, Chloé Breault et Émilie Landry arrivent toutes les deux avec un premier album complet.

Émilie Landry entrera en studio bientôt pour réaliser son disque Arroser les fleurs qu’elle prévoit sortir au printemps. Ce premier album devrait avoir une touche country folk puisque la chanteuse de Campbellton a travaillé avec le Gaspésien Éric Dion du duo Dans l’Shed. Chloé Breault se prépare à enregistrer un disque qui aura une saveur pop-rock. Ayant recours au sociofinancement pour financer une partie de son album comme de plus en plus de musiciens, l’auteure-compositrice-interprète collaborera avec Benoît Morier qui signera la réalisation.

Surnommé le «diamant brut» du country-folk de la Nouvelle-Écosse, Jacques Surette arrivera au printemps avec un deuxième album dans la même foulée que Marche, marche, marche. Cette fois, il a travaillé à la création et à la réalisation avec Chris Belliveau et Mike Trask du studio MRC à Memramcook.

Joey Robin Haché qui nous a offert l’éclectique Trente en 2019 reflétant un changement radical dans sa démarche artistique prépare la suite pour 2020, avec la sortie du mini disque Trente-et-un. Matt Boudreau est aussi en création et envisage de sortir un deuxième opus en 2020 ou en 2021.

Un survol des nouveautés à venir

Depuis La 4ième dimension (version longue) en 2016, le trio Les Hay Babies n’a pas sorti de disque. Son nouvel opus est attendu pour l’hiver 2020. Si l’on se fie au premier extrait, Joue avec le feu, ce nouvel album à paraître augure très bien.

Après avoir sorti un premier disque Constellations en 2016, la violoniste et chanteuse Christine Melanson présentera Cent millions de chansons en 2020; un deuxième effort qui risque d’être différent du premier.

Après le succès de l’opéra rock Viens avec moi, Les Hôtesses d’Hilaire se préparent aussi à enregistrer du nouveau matériel. Ils ont déjà commencé à composer les chansons lors de leur dernier séjour en France. Ce sera un album conventionnel, mais avec la folie débridée de cette formation qui tente toujours de se renouveler, a partagé leur gérante Carole Chouinard.

Plusieurs artistes qu’elle représente tels que Daniel Léger et Raphaël Butler sont actuellement en création. Le duo formé de Danny Bourgeois et de Danny Boudreau entend aussi lancer une nouvelle chanson cette année. Lina Boudreau, qui n’a pas présenté d’album depuis Si fragile univers en 2013, fera également un retour dans le paysage musical cette année.

Du côté de la Nouvelle-Écosse, Comté de Clare présentera du nouveau matériel en 2020. Révélé aux dernières Francouvertes, l’artiste P’tit Belliveau qui a rejoint la maison Bonsound (Lisa LeBlanc, Radio Radio), en 2019 a annoncé un premier album à paraître en 2020.

Paul Hébert alias le roi du bluegrass acadien fera un retour après 12 années d’absence sur disque. Selon sa gérante, il envisage d’entrer en studio pour enregistrer une ou deux chansons.

Carole Chouinard souligne qu’une tendance se dessine vers les chansons uniques, d’autant plus que le programme de développement de l’industrie de la musique du Nouveau-Brunswick appuie ce genre d’enregistrement maintenant. Au lieu de sortir un album complet, les artistes enregistrent une chanson ou deux pour sonder l’auditoire avant de s’engager dans un projet d’envergure qui nécessite davantage d’argent.

La fin du disque?

Même si les ventes de disques ont connu des jours meilleurs, il reste que les artistes doivent offrir du nouveau matériel au public afin de rester présent dans le paysage musical, soutiennent la gérante d’artiste Carole Chouinard et la directrice de Le Grenier Musique, Carol Doucet.

«Il y a encore des possibilités de vendre des disques, mais la raison principale du disque c’est pour la radio et le spectacle parce que c’est la radio et le spectacle qui fournissent des revenus aux artistes et ça prend des disques pour ça. D’une manière ou d’une autre, il faut enregistrer des chansons», a affirmé Carol Doucet.

Carole Chouinard ne voit pas encore la fin du disque puisque les artistes ont besoin de cette carte de visite pour approcher les diffuseurs, les programmateurs de festival et d’événements.

«Il y a aussi un petit côté nostalgique, les gens continuent d’acheter l’objet et c’est nécessaire de produire du nouveau matériel pour continuer à faire du spectacle. L’objet est encore nécessaire parce que les ventes par téléchargement ne sont pas là», a-t-elle soulevé.

Une loi

Comme bien des artisans de l’industrie musicale, Carol Doucet réitère l’importance d’instaurer une loi afin que les artistes puissent tirer un revenu décent des plateformes d’écoute en continu. Actuellement, les services de musique en continu ne sont pas légiférés par le CRTC comme les radiodiffuseurs.

«Il faut que les fournisseurs d’accès internet soient obligés, un peu comme les câblodistributeurs en télévision, de donner de l’argent pour que les créateurs touchent des redevances. C’est ça qui est le problème», a laissé tomber Carol Doucet.

Celle-ci reconnaît les éléments positifs des services d’écoute en continu qui contribuent à rendre la musique plus accessible et à faire connaître les musiciens, sauf que les revenus demeurent quasi inexistants pour les artistes.