Une occasion unique de voir du cinéma hispanique à Moncton

La famille, avec ses forces et ses faiblesses, se trouve au coeur des œuvres au programme du 8e Festival del Cine à Moncton qui ouvre une fenêtre sur le monde hispanique.

Le 8e Festival del Cine, du 6 au 8 février, propose six films de plusieurs pays de langue espagnole, dont le Chili, la Colombie, le Vénézuéla et l’Espagne. C’est une occasion unique de voir du cinéma hispanique. Tous les films sont présentés dans leur langue originale, l’espagnol, avec des sous-titres anglais.

L’importance de la famille avec ses forces et ses faiblesses revient dans tous les films.

«On va voir que soit on penche plus du côté des forces, soit qu’on penche plus du côté des faiblesses dans les liens familiaux et puis bien entendu, je dirais que les forces prennent toujours le dessus», a déclaré la responsable du festival et professeure au département de traduction et des langues à l’Université de Moncton, Cynthia Potvin.

Chaque année, le festival présente de cinq à dix films. Cette année, le programme comprend six œuvres. Un film espagnol a également été présenté cet automne à l’occasion du symposium de l’Association des hispanistes de l’Atlantique à l’Université de Moncton.

Fictions et documentaires réalisés entre 2013 et 2018 figurent également au menu du festival.

Dans le drame Pàjaros de verano (Les oiseaux de passage) de Cristina Gallego et Ciro Guerra, il est question du trafic de drogue colombien, mais du point de vue d’une famille wayuu qui en devient chef de file. Ce film a reçu beaucoup d’attention parce qu’il a été réalisé par le même duo à l’origine de L’étreinte du serpent, retenu pour les Oscars.

«On traite du narco trafic, mais c’est vraiment avec une famille autochtone. On comprend toute la détérioration des coutumes ancestrales.

C’est sur la quête de la modernité et l’attrait de l’argent qui fait en sorte que cette famille va être touchée par ses propres décisions. En plus, c’est une histoire vraie», a raconté Cynthia Potvin.

Les cinéphiles pourront voir, entre autres, le documentaire La sonrisa verdadera (True smile) qui raconte le périple de 1300 km à vélo tandem d’un jeune homme autiste aveugle et de son frère Juan Manuel de l’Espagne au Maroc.

«Il réussit à bien nous faire comprendre le monde autistique. J’étais assise et j’avais mon petit sourire du début à la fin.»

Parmi les œuvres au programme, on retrouve aussi le suspense Todos lo saben (Everybody knows) qui met en vedette Penélope Cruz et Javier Bardem.

Afin d’élaborer la programmation, les responsables se sont associés à un distributeur de films hispaniques permettant ainsi aux universités d’organiser des festivals.

Cynthia Potvin a aussi conclu un partenariat avec le Consulat général de Colombie à Montréal qui lui permet d’avoir accès à une banque de films.

Toutes les projections ont lieu à l’amphithéâtre 163 du pavillon Jacqueline-Bouchard à l’Université de Moncton, campus de Moncton. Les séances sont présentées jeudi, vendredi et samedi, à 17h30 et 19h30.