En spectacle à Madran: Daniel Boucher raconte son odyssée

Pour célébrer ses 20 ans de musique, Daniel Boucher revisite quelques-unes des pièces marquantes de son parcours sur une nouvelle compilation. Le poète rockeur gaspésien qui sera de passage à Madran, près de Petit-Rocher, propose une odyssée intime à travers son univers musical.

D’une bonne humeur contagieuse, l’auteur-compositeur-interprète se raconte. Il y a 20 ans, l’artiste a pris la décision de rester fidèle à lui-même et à ses principes.

«J’ai décidé que je dormirais le soir et que je serais en paix avec ma conscience. Je fais carrière en français au Québec principalement et j’écris des tounes que je veux écrire. Je travaille avec des gens que je choisis et je produis moi-même mes choses», a déclaré Daniel Boucher, au cours d’un entretien téléphonique depuis Mont-Louis, en Gaspésie, où il est établi depuis environ une année.

Il reconnaît qu’en prenant ce genre de décision, il s’est retrouvé automatiquement un peu dans la marge. C’est normal, soutient celui qui assume complètement ses choix.

«Je suis plus heureux aujourd’hui que quand j’ai commencé. Ça ne se mesure pas avec des signes de piastre, mais c’est pas grave, je gagne ma vie avec la musique», lance-t-il dans un grand rire.

Daniel Boucher n’a pas souvent donné des spectacles au Nouveau-Brunswick. Il se souvient notamment de son concert à Moncton pendant lequel il s’était blessé au dos en se laissant porter par la foule. Rien n’arrête l’audace de Daniel Boucher.

Un choix déchirant

Ce poète et chanteur à la plume déjantée a fait paraître récemment une compilation Vingt ans d’une pas pire épopée qui souligne les 20 ans de la sortie de son premier album Dix mille matins.

Sur ce disque, on ne retrouve que huit chansons, dont La Désise, La Patente et Chez nous. Il confie que le choix a été déchirant, mais il devait tenir compte de l’espace d’un vinyle. La compilation comprend également une nouvelle composition Les gâteaux de fête.

«Vingt ans, c’est un jalon, mais je ne veux pas m’enfermer dans le passé. J’ai encore des tounes à écrire et j’espère encore que je n’ai pas écrit mes meilleures tounes. Les gâteaux de fête est probablement la chanson que me représente le plus en ce moment.»

C’est une chanson qui parle de la famille, Daniel Boucher étant aujourd’hui père de trois enfants. Pour le prochain disque, il veut enregistrer en direct en studio comme il l’a fait pour Les gâteaux de fête.

«J’ai l’impression que c’est plus facile de sortir l’émotion d’une toune parce qu’on joue tous ensemble et que c’est clair qu’on n’y retouchera pas.»

Dans le petit studio 65 de Madran (Petit-Rocher Nord), il sera seul avec sa guitare, son amplificateur et ses chansons.

«Si quelqu’un décide de crier un titre, ça se peut que je l’essaie. On ne sait pas ce qui va arriver, ça va dépendre de l’énergie et des gens qui sont là avec moi.»

Daniel Boucher présente son spectacle les 14, 15 et 16 février au Studio 65 de Madran. Les deux premiers concerts affichent déjà complet et il reste quelques billets pour le spectacle de dimanche après-midi à 14h.