COVID-19: des artistes présentent leur spectacle en ligne

Des artistes touchés par les annulations de spectacles en raison de la situation entourant la COVID-19 passent à l’action en présentant leur spectacle de façon virtuelle.

Des concerts et du théâtre ont été retransmis en direct sur le web au cours des derniers jours. Après avoir appris que tous leurs spectacles des prochaines semaines étaient annulés, les auteurs-compositeurs-interprètes Jacques Surette et Émilie Landry ont choisi de se tourner vers le web pour offrir leur concert. Se sentant un peu impuissante face à la situation, l’artiste originaire de Campbellton a voulu faire quelque chose au lieu d’attendre que la crise passe.

«Quand on regarde sur Facebook, ça parle surtout du virus. Je pense que cela a ajouté quelque chose de plus positif sur les fils d’actualité du monde. En le faisant, j’ai vu que ç’a vraiment fait du bien à beaucoup de monde. C’est une belle expérience.»

Émilie Landry ajoute que cette expérience lui a ouvert les yeux sur d’autres avenues pour rejoindre le public. Il y a des gens non seulement du Canada, mais de la France et de la Belgique qui ont regardé son spectacle en ligne.

«Je pense que ç’a été une façon pour certaines personnes de me découvrir. C’est comme une bonne chose qui sort d’une situation qui est plate.»

Les gens sont aussi invités à verser une contribution volontaire. Leur gérante Carol Doucet estime qu’il s’agit d’une façon d’appuyer les artistes qui traversent une crise. Le concert d’Émilie Landry a récolté plus de 2500 visionnements et des dons frôlant les 400$.

Les limites du bruit possible

La pièce Les limites du bruit possible de Satellite Théâtre qui était à l’affiche du théâtre l’Escaouette, en fin de semaine, a également été présentée via Internet.

Le directeur artistique, concepteur et comédien, Marc-André Charron, a eu cette idée après que les consignes sur les rassemblements publics ont été annoncées. Afin de se conformer aux mesures de prévention du coronavirus, la compagnie a dû réduire le nombre de places dans la salle. En diffusant le spectacle sur le web, samedi soir, ils ont pu rejoindre un plus large public.

«Ça prend une année d’avance à organiser une tournée, alors c’est un peu crève-coeur d’arriver à la dernière minute et de tirer la ‘‘plug’’ sur tout.»

En comptant les spectateurs en ligne et en salle, ils ont réussi à avoir l’équivalent d’une salle pleine. Le spectacle demeurera en ligne seulement quelques jours.

«Pour nous, ça représente des milliers de dollars en perte. Juste de limiter la jauge, c’était énorme. Par contre, les spectateurs ont été généreux puisque la majorité n’a pas demandé de remboursement malgré tout. On se console avec la générosité des gens. On a reçu des dons. C’est symbolique, mais ça aide quand même à faire passer la pilule», a exprimé Marc-André Charron.

Pour une compagnie comme Satellite Théâtre qui fonctionne sans subvention annuelle de fonctionnement, l’annulation de tournées et de spectacles signifie des milliers de dollars de revenus en moins pour l’ensemble des créateurs d’un projet.

«On va de projet en projet. Ça veut dire que pour chaque projet annulé, c’est aussi des revenus qui n’entrent pas. On avait des activités qui s’en venaient en avril que nous serons obligés d’annuler. La conséquence est directe sur les revenus des artistes parce qu’il y a des gens qu’on ne peut pas embaucher.»

Marc-André Charron souhaite que les gouvernements mettent en place une forme d’aide financière pour les artistes et les travailleurs autonomes. Beaucoup de travailleurs culturels font partie de cette catégorie.