COVID-19: le milieu artistique réclame un fonds d’aide d’urgence

L’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) réclame un fonds d’aide d’urgence pour les artistes et les travailleurs culturels de la province touchés par les impacts de la pandémie de coronavirus.

La directrice de l’AAAPNB, Carmen Gibbs, estime que le milieu artistique traverse actuellement une crise et que le gouvernement de Blaine Higgs doit agir de manière responsable en mettant sur pied un programme d’aide pour les travailleurs culturels et artistes du Nouveau-Brunswick pris dans la tourmente.

Une lettre officielle sera envoyée au premier ministre, ainsi qu’au ministre des Finances, Ernie Steeves, et au ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Bruce Fitch. Ce fonds spécial servirait à venir en aide aux artistes et aux travailleurs culturels qui ont perdu des revenus à la suite de l’annulation des manifestations artistiques en raison des mesures de prévention mises en place pour freiner la pandémie de coronavirus.

À peu près tous les spectacles et les événements culturels dans la province sont annulés jusqu’à nouvel ordre.

«Avec un revenu annuel médian de 24 200$, les artistes ne peuvent pas se permettre de perdre en plus les contrats qu’ils ont signés», a déclaré Mme Gibbs.

Comme au Québec

L’Association acadienne emboîte le pas au milieu culturel québécois qui s’est mobilisé afin de demander aussi de l’aide à son gouvernement. Si jamais ce fonds voit le jour, les artistes devront certainement fournir des copies de leurs contrats et des pièces justificatives pour pouvoir recevoir des remboursements. Celle-ci rappelle que le gouvernement fédéral a débloqué un fonds d’un milliard de dollars pour aider les provinces à répondre aux impacts de l’épidémie de coronavirus.

«On veut absolument que dans les priorités du gouvernement du Nouveau-Brunswick, les artistes et les travailleurs culturels soient pris en compte.»

Mme Gibbs rappelle que l’ensemble du milieu culturel est touché par les fermetures et les annulations. L’AAAPNB envisage aussi de contacter les autres regroupements culturels, dont Artslink à ce sujet. L’association demande aussi une rencontre (en téléconférence) avec le premier ministre et le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture pour discuter de la question.

«Je crois qu’il serait irresponsable de la part du gouvernement de ne pas se pencher sur la question pour trouver des manières d’atténuer la situation pour les travailleurs du milieu des arts et de la culture avec un revenu annuel médian aussi bas.»

Pour l’instant, il est difficile de préciser le coût d’un tel programme, estime l’AAAPNB. Carmen Gibbs est consciente que les artistes ne seront peut-être pas dédommagés pour l’ensemble de leurs pertes financières, mais elle souhaite à tout le moins que le gouvernement provincial agisse de manière responsable et reconnaisse la crise qui sévit dans le milieu des arts.