Y aura-t-il des festivals cet été au Nouveau-Brunswick?

Peut-on imaginer une saison estivale sans festivals? Si différents scénarios sont envisagés par les responsables, aucune décision n’a été prise quant à la tenue ou non de ces événements.

Au Québec, on a annoncé que tous les festivals et grands événements de l’été seront annulés jusqu’au 31 août en raison de la pandémie de la COVID-19. Qu’en est-il du Nouveau-Brunswick? La plupart des directeurs de festival ne cachent pas leur inquiétude. Bien que la Santé publique du Nouveau-Brunswick n’ait pas encore émis de directive à ce sujet, des dirigeants de festival estiment qu’ils doivent prendre une décision rapidement. Plus le temps passe, plus les dépenses s’accumulent, soulève Nathalie Stewart du Festival international de musique baroque à Lamèque.

«On est en train d’étudier le pour et le contre. Comme nous avons beaucoup d’artistes qui viennent des États-Unis et du Québec, il faut prendre une décision assez rapidement (probablement d’ici la semaine prochaine)», a fait savoir la directrice administrative du Festival international de musique baroque de Lamèque, Nathalie Stewart.

La programmation du 45e festival, prévu du 23 au 25 juillet, est déjà complétée. La vente de billets qui devaient débuter le 1er avril a été repoussée. Si jamais l’événement est annulé, ce serait une première en 45 ans.

Le président du Festival acadien de Caraquet, Paul Marcel Albert, est sur le qui-vive. Le conseil d’administration s’est donné deux semaines pour étudier la question et annoncer sa décision.

«La programmation est pratiquement terminée, mais c’est certain qu’on n’ira pas contre les recommandations du bureau de la Santé publique du Nouveau-Brunswick», a assuré Paul-Marcel Albert.

Celui-ci soutient qu’ils ne peuvent pas se permettre d’attendre à la dernière minute pour annoncer la programmation du festival qui s’étendra sur dix jours, soit du 5 au 15 août. Pour l’instant, rien n’est annulé, mais M. Albert se pose bien des questions. Pourront-ils présenter l’ensemble de leur programmation qui comprend, entre autres, un groupe des États-Unis? De plus, celui-ci voit mal comment les recommandations sur la distanciation sociale (si elles sont encore en place) pourront être respectées, que ce soit pour les spectacles extérieurs ou en salle.

Il s’imagine mal un été sans grands événements. Le Festival acadien constitue un des moments forts de l’année dans la Péninsule acadienne. «Le Festival acadien c’est comme notre deuxième Noël.»

Du côté de Moncton, le producteur du Festival Acadie Rock, René Légère, envisage trois scénarios: le festival tel que prévu, l’annulation ou le report de l’événement, un festival avec une programmation en ligne et de plus petits spectacles.

«On ne l’a pas annulé, mais on essaie de voir dans la planification si on ne pourrait pas créer à la fois un festival virtuel ou un festival avec des petits groupes de spectateurs comme 30 personnes et de plus petits événements dans des parcs et créer des ambiances plus familiales.»

Ils se sont donnés jusqu’à la fin mai pour préciser leurs intentions. Ce festival se tient habituellement autour de la Fête du 15 août. Les organisateurs regardent de près la situation du Festival Frye qui propose une programmation en ligne. Le producteur estime que le Festival Acadie Rock pourrait utiliser sa salle au Centre culturel Aberdeen pour organiser des spectacles sans public afin de les diffuser sur le web.

«On est train de regarder les options, mais finalement, on se pliera aux décisions des autorités gouvernementales lorsqu’elles seront confirmées, mais pour l’instant, on continue notre travail en se croisant les doigts.»

Celui-ci confie que la saison estivale sera assez «déprimante» s’il n’y a pas de festivals. Il s’inquiète surtout pour tous les cachets qui ne seront pas versés aux artistes.