L’auteure jeunesse Nathasha Pilotte et ses deux chats

L’auteure et illustratrice jeunesse Nathasha Pilotte de Saint-Jean cherche à rejoindre le plus de jeunes lecteurs possibles. Celle qui vient de publier un deuxième album, Luna n’aime pas, en français et en anglais, espère ainsi se rapprocher des enfants de l’ensemble de sa communauté d’adoption.

«Quand j’ai publié Zim s’imagine, j’ai eu la chance de rencontrer des élèves de différents groupes d’âge qui s’intéressaient à l’immersion. Le fait que ce soit une histoire simple avec des mots qui se répètent, ça permet d’ouvrir cette porte de l’immersion. Pour moi, c’était important d’écrire en français dans ma langue natale, mais de quand même pouvoir aller rejoindre ma communauté. Mon mari est anglophone et c’est très plaisant d’avoir la chance de pouvoir lui faire lire mon écriture», a raconté Nathasha Pilotte.

Après Zim s’imagine, Nathasha Pilotte est de retour avec un deuxième conte jeunesse, Luna n’aime pas, publié en français et en anglais aux Éditions Bouton d’or Acadie. Comme pour son premier livre, l’auteure s’est inspirée de ses chats. Cette fois, elle nous raconte l’histoire de Luna, un chat mistigri roux plutôt grincheux. Il n’aime pas trop qu’on le dérange.

«Quand j’ai écrit Luna, je voulais vraiment jouer avec les différentes choses que mon chat n’aime pas et que certains enfants n’aiment pas non plus. Par exemple, les changements de routine, se faire brosser les cheveux, avoir un peu de patience…», a expliqué l’auteure.

Un livre qui s’inscrit bien dans le contexte actuel du confinement où le quotidien des enfants est complètement bouleversé. Nathasha Pilotte pense que ce livre peut certainement les amener à voir les choses dans une nouvelle perspective.

«Les changements de routine ce n’est pas toujours facile pour les tous petits, mais c’est encore plus difficile de pouvoir comprendre pourquoi on ne peut pas sortir, aller jouer avec nos amis et nos voisins. Avec ce livre, c’est de leur amener quelque chose de positif. Ça se termine quand même bien.»

Originaire du Québec, Nathasha Pilotte est établie à Saint-Jean où elle écrit, s’adonne à la peinture et confectionne des marionnettes. Pour son premier livre, elle s’est surtout inspirée des nombreux dessins de ses chats qu’elle avait réalisés.

«À un moment, l’histoire s’est écrite d’elle-même», mentionne-t-elle.

Elle a un univers très coloré où elle s’amuse à jouer avec les rimes. Invitée à participer au Festival Frye, elle présentera une animation virtuelle à l’heure du conte qui se tiendra ce mercredi à 11h. La lecture se fera en anglais. Les enfants pourront même voir les vrais chats qui ont inspiré ses histoires. Elle aurait préféré présenter son animation en ayant un contact réel avec les enfants, mais cette alternative lui permet quand même de rejoindre les jeunes.

«On a tous besoin d’un peu de divertissement tout de suite avec le confinement, donc ça permet d’aller chercher les enfants, de leur donner la chance d’avoir accès à quelque chose de gratuit.»

Le Festival Frye propose les heures du conte, tous les jours cette semaine. C’est à 11h. Les jeunes lecteurs pourront faire la connaissance, entre autres, de Simon Boulerice, de Pauline Dugas et de Marilou Savoie.