Isabelle Roy: une chanson en signe de solidarité et de réconfort

L’image est puissante. Debout sur les rochers bordant une baie bleue, Isabelle Roy regarde Caraquet au loin. À la fois proche et éloignée des siens, confinée chez elle.

Cette image toute simple termine brillamment le vidéoclip de sa nouvelle chanson, L’amour qui me reste, qu’elle offre à toutes les personnes affectées par la pandémie de la COVID-19.

L’auteure-compositrice-interprète présente une belle balade de quatre minutes dans un geste de solidarité et de réconfort à une population qui vit difficilement l’éloignement physique forcé. Elle a été lancée mardi matin, à travers la nouvelle page web de l’artiste (isaroy.ca) qui s’était faite fort discrète depuis le lancement de son troisième album, Amour fantôme, en 2004. Le clip est aussi disponible sur YouTube.

Affirmant être en profonde admiration devant le travail des gens qui sont en première ligne, Isabelle se demandait bien ce qu’elle pourrait bien faire «pour tenter d’apporter un peu de bien-être, d’apaiser, de calmer, d’accompagner les autres en ce moment planétaire si particulier».

Elle a retrouvé un poème que sa soeur Monik avait écrit lors du décès de leur mère.

En seulement trois semaines, elle en a écrit la musique et avec l’aide de précieux collaborateurs et amis – Jean Garneau de Vilain Studio (arrangements) et Jean-Sébastien Fournier de Productions Tibasse (mix et mastering) -, l’œuvre est maintenant disponible pour écoute.

«Monik me l’a offert en me disant d’en faire ce que j’en voulais. Je crois qu’elle est elle-même surprise du résultat (rires). C’est surtout un poème qui parle de personnes chères. Je pense aux gens qui sont seuls, isolés, éloignés des personnes qui leur sont chères; à ceux et celles qui vivent des deuils esseulés, ce qui est assez insoutenable comme pensée. Des personnes qu’on ne peut pas aller serrer dans nos bras. Je trouvais que ça convenait bien à la situation actuelle.»

Des paroles qui collent à sa réalité – elle ne peut pas aller visiter ses deux petits-enfants au Québec («Je m’ennuie terriblement d’eux», avoue-t-elle) – et aussi à la réalité des autres. Par exemple, à ces familles qui doivent vivre un deuil à distance ou encore à la suite du drame de la tuerie de la Nouvelle-Écosse, compare-t-elle.

Isabelle Roy a voulu aussi transmettre ces sentiments à travers des images puissantes et apaisantes dans le vidéoclip.

«Les Acadiens sont tous liés par le sang et ils ont su émerger de drames dans leur histoire. Je voulais aussi des images apaisantes, car il y a de beaux moments qui se vivent également pendant ce confinement. Je souhaite que cette chanson se rende aux Acadiens de partout», confie-t-elle, heureuse de voir que tous ses collaborateurs ont embarqué au pied levé dans ce projet très instinctif.

L’amour qui me reste sera incluse dans le quatrième album de l’artiste de Caraquet, en cours de préparation.