Le Chœur virtuel de l’Acadie chantera Les Aboiteaux

Après le succès de sa première production Partons la mer est belle, le Chœur virtuel de l’Acadie récidive l’aventure en revisitant un classique acadien, Les Aboiteaux, de Calixte Duguay.

«Eux, ils pensent que c’est un honneur que je leur fais d’avoir accepté qu’ils fassent Les Aboiteaux. Ils ne le savent peut-être pas, mais je trouve que c’est un honneur qu’ils me font en ayant choisi cette chanson-là, parce qu’ils auraient pu prendre d’autres chansons», a exprimé Calixte Duguay.

Marc-André Pelletier et sa conjointe Chantal Doiron-Pelletier ont eu envie de rendre hommage à la culture acadienne en optant pour un classique indémodable. Cette pièce qui raconte une histoire de résilience pourrait refléter à certains égards la crise actuelle, considère l’enseignant de musique et chef de chœur d’Edmundston. Celui-ci rappelle que l’œuvre de Calixte Duguay envoie un message d’espoir. Il a eu envie de faire redécouvrir cette chanson au monde.

«C’est certain qu’on dirait que la jeunesse acadienne a peut-être un peu oublié ou ne connaît pas nécessairement cette pièce-là. On s’est dit qu’on aimerait justement véhiculer ça et transmettre un peu d’engouement pour ce classique acadien qui a été composé par un Acadien.»

Calixte Duguay qui signe les orchestrations et la bande musicale mentionne qu’il y aura l’équivalent de 22 musiciens, dont une imposante section de violons, grâce à la technologie. «Les musiciens m’envoient leurs pistes et après je travaille là-dessus et je fais des ajustements de fréquence.»

L’auteur-compositeur-interprète estime que cette pièce est peut-être un peu plus difficile à jouer que Partons la mer est belle. En recevant les premiers enregistrements, il considère que ça va très bien. Celui-ci rappelle qu’ils travaillent dans des conditions exceptionnelles.

«Habituellement, quand il y a un orchestre, il y a un chef en avant qui dirige. Mais là, il n’y a personne qui dirige. Chacun fait ce qu’il a à faire dans son petit coin.»

Calixte Duguay fera une apparition éclair dans la chorale virtuelle en chantant un segment de la chanson.

Vers 200 choristes…

Pour sa première production, le chœur a rassemblé 185 choristes. Cette fois, Marc-André Pelletier croit que la chorale pourrait atteindre 200 membres. De grands noms de la chanson seront probablement encore de l’aventure, dont Donat Lacroix, Émé Lacroix, Lina Boudreau, Dion Mazerolle, Isabelle Cyr, Chantal Dionne et Nathalie Paulin. Sandra Le Couteur et Éric Thériault se sont ajoutés à la chorale.

Les chefs de pupitre ont partagé leurs vidéos de leurs sections pour que les choristes puissent l’écouter, pratiquer et s’enregistrer.

M. Pelletier envisage de recevoir l’ensemble des vidéos d’ici deux semaines. Forts de leur première expérience, les responsables soulignent que le processus du montage sera plus simple et ils pourront ajuster certains détails techniques. Le tout devrait être prêt dans environ quatre semaines.

Le premier chant qui avait pour but de briser l’isolement pendant le confinement a rayonné au-delà des frontières de l’Acadie. La chorale a eu un succès retentissant, dépassant ainsi les attentes du couple.

«On s’attendait un peu à ça parce qu’on voit que les Acadiens se tiennent. Ils sont très fiers de leur monde et de leur culture, mais pas de cette grande envergure-là. Je pense, entre autres, au montage que Radio-Canada Montréal a fait avec les Snowbirds. Dans toute cette aventure, ce que j’ai trouvé le plus satisfaisant, c’est la réaction des personnes, les commentaires et les émotions que ç’a fait vivre aux gens.»

Les responsables du chœur ont mis sur pied une campagne de sociofinancement afin de rémunérer les artisans du projet. Ils ont dépassé leur objectif de 3500$. Des demandes de subventions seront aussi déposées auprès des gouvernements fédéral et provincial afin de poursuivre le projet à long terme. Ces sommes pourraient, entre autres, servir aux droits d’auteurs, au recrutement d’instrumentistes et aux cachets des chanteurs professionnels.

Marc-André Pelletier rêve grand pour le Chœur virtuel de l’Acadie. Il n’écarte pas l’idée un jour de rassembler tous les choristes, une fois le confinement levé, pour se greffer à d’autres grands événements.