Joey Robin Haché lance une série de vidéoclips filmés en studio

Près d’une année après la sortie de son plus récent album Trente, Joey Robin Haché propose de le revisiter en lançant une série de clips de sessions d’enregistrement donnant ainsi un petit aperçu de l’énergie de l’auteur-compositeur-interprète lorsqu’il se retrouve sur scène ou en studio.

Les images ont été captées lors de l’enregistrement de son disque au Studio LaClasse à Memramcook. Intitulée Trente et demi, la série de clips continue sur la même lancée que son album coup de poing qui aborde des thématiques profondes et dures. Ce disque a marqué un tournant majeur chez le chanteur qui a fait un virage à 180 degrés. Encore une fois, l’artiste a choisi d’y aller sans compromis en s’éloignant des conventions musicales du show-business. Il a opté pour une qualité d’image imparfaite puisque les sessions ont été filmées avec six caméras de type VHS.

«Je suis encore un grand fan des VHS. Ça vient de loin cette passion-là. Je me suis dit que ce serait cool de pouvoir faire de quoi dans cette esthétique-là. Ça fait un peu contre culture parce qu’il y a tellement de choses qui sortent dans la promo des artistes, les médias, les publicités, ils sont rendus au 4K. J’ai toujours été un fan de Chris LeBlanc, des vidéos Chris Crash qui sont pas mal tous VHS. Alors je me suis dit pourquoi ne pas retourner en arrière pour faire quelque chose d’un peu plus underground», a-t-il partagé.

Le premier clip de la chanson Imbécile tirée de son album est sorti cette semaine. Cinq autres clips paraîtront le premier jour de chaque mois, et ce, jusqu’en novembre 2020. La série se terminera avec une septième vidéo qui sera lancée le 27 novembre afin de coïncider avec le premier anniversaire du lancement officiel de l’album Trente au Centre culturel Aberdeen de Moncton. Pour souligner cet anniversaire, il présentera des images captées de son spectacle de lancement qui s’est tenu le 27 novembre 2019.

Joey Robin Haché raconte qu’il a filmé ses images au studio et au lancement dans le dessein de créer une série de clips. La pandémie qui l’a forcé à annuler tous ses spectacles lui a donné du temps pour réaliser son projet. S’il a choisi le VHS, c’est qu’il aime cette texture de l’image un peu brute qui va bien avec son album.

«Je fais quand même le Joey fou qu’on peut voir sur scène. Il y a un peu de cette énergie, mais c’est un peu plus contenu que sur la scène. Techniquement, je ne pouvais pas me mettre à courir partout dans le studio.»

Dans ses clips, il est accompagné de trois musiciens: Sébastien Michaud, Matt Boudreau et Danny Bourgeois.

Un nouveau label

En plus de travailler à la conception de pochettes de disque, l’artiste caresse l’idée de créer une nouvelle étiquette de disque qui serait destinée à une musique alternative, hors norme.

«Ce serait principalement de la musique de style underground. Ça peut être du noise, de l’ambiance. Il y a toutes sortes de styles en dehors de la marge conventionnelle qui pourraient être mis de l’avant. Des artistes des Maritimes et aussi peut-être d’ailleurs qui veulent avoir une vitrine sur le web.»

Il souhaite mettre en place son nouveau label à l’automne prochain. Pour l’instant, le projet est encore embryonnaire.