Première émouvante pour deux artistes acadiens en Chine

Pendant qu’au Nouveau-Brunswick, le monde du spectacle est toujours paralysé, le comédien Mathieu Chouinard et la musicienne Geneviève D’Ortun remontent sur scène dans la création permanente du Cirque du Soleil en Chine, The land of fantasy (Un monde fantastique).

Après quatre mois d’arrêt, le couple d’artistes acadiens a pu enfin reprendre ce spectacle d’envergure à Hanghzou devant public. Présenté depuis le mois d’août 2019, The land of fantasy a été interrompu à compter du 23 janvier en raison de la crise sanitaire.

«On pense que ça redonne un espoir à nos amis collègues un peu partout et puis ça confirme qu’il y a un après et que les gens vont pouvoir se rassembler encore pour aller voir des spectacles et le besoin est là. C’est un besoin réel, le besoin d’être ensemble, de se raconter des histoires et puis de stimuler l’imaginaire. C’est ça qu’on célébrait hier, en faisant ce premier spectacle», a déclaré Mathieu Chouinard, en entrevue au lendemain de la première, depuis son appartement à Hangzhou.

Selon l’homme de théâtre, ce spectacle est chargé de symboles puisqu’il est question de rencontre entre les peuples, de déchirement, de guerre et de réconciliation.

«Avec tout ce qui se passe dans le monde à cause du virus et des autres situations, entre autres, aux États-Unis, reprendre un spectacle dont le thème est la réconciliation, symboliquement c’est assez fort.»

The land of fantasy est certainement le premier spectacle sous la bannière du Cirque du Soleil à revenir sur scène depuis le début de la pandémie, souligne Mathieu Chouinard qui admet avoir éprouvé certaines craintes en voyant les difficultés financières de l’entreprise et les nombreuses mises à pied. Or, la situation pour The Land of fantasy est différente puisque le spectacle est produit par une compagnie chinoise et les artistes ont été embauchés par celle-ci.

Une première devant des travailleurs essentiels

Pour cette nouvelle première présentée devant 718 spectateurs, le gouvernement chinois avait acheté la représentation pour offrir les billets à des travailleurs de la santé et à leur famille, afin de les remercier et célébrer leur travail.

«Donc c’était quand même assez symbolique comme reprise. Oui, on a la chance d’être sur scène, mais aussi ceux pour qui on fait ça, ce sont en quelque sorte des sauveurs, ceux qui ont risqué leur vie pour soigner les gens. Donc, c’était assez touchant et les réactions étaient vraiment très agréables», a poursuivi le comédien qui incarne The Watcher dans le spectacle.

Bien des changements ont dû être apportés au spectacle puisqu’une majorité d’artistes étrangers repartis vers leurs pays d’origine, ne peuvent pas revenir en Chine, a expliqué le comédien acadien.

«Le 28 mars, la Chine a fermé ses frontières et ça, personne ne pouvait le prévoir. On se retrouve dans une situation où on a sur 28 artistes étrangers, seulement six qui sont revenus à temps. Au niveau technique, sur 14 étrangers, ils sont quatre qui sont revenus à temps.»

Le couple acadien a choisi de demeurer en Asie et de voyager en Thaïlande, pour ensuite retourner en Chine au lieu de revenir au Canada. Ils se retrouvent ainsi parmi les quelques artisans étrangers du spectacle. Les producteurs ont dû embaucher des artistes chinois temporaires pour pouvoir reprendre le spectacle, faisant en sorte que plusieurs numéros ont été retirés ou modifiés. En plus de son personnage principal, Mathieu Chouinard joue aussi le rôle l’illusionniste. Les répétitions ont recommencé le 15 avril et les nouveaux artistes ont dû apprendre le spectacle en quelques semaines. «C’était vraiment une tâche quasi impossible de remonter un spectacle comme ça en si peu de temps avec des gens qui ne connaissent pas le spectacle, donc ç’a été beaucoup de travail. Tout le monde a été mis à contribution. Moi j’ai été sollicité pour donner des ateliers de jeu, du coaching, de la mise en route, de la mise en scène, surtout tout ce qui est au niveau du travail du personnage. C’était assez agréable de remettre les pieds plus dans un rôle de direction.»

Pour sa part, Geneviève D’Ortun a eu également à mettre les bouchées doubles pour revoir la musique, assurer la régie musicale et intégrer les nouveaux chanteurs.

«Je me suis retrouvée dans cette espèce de triple rôle dès le mois d’août l’année passée, mais là c’est vraiment intense parce qu’on apporte des changements», a indiqué celle qui est à la fois consultante, régisseuse et directrice musicales.

Jamais, les deux artistes n’auraient imaginé avoir autant de responsabilités dans un spectacle du Cirque du Soleil qui rassemble une cinquantaine d’artistes sur scène pour jouer 98 rôles différents. Les changements ont dû être approuvés par des conseillers artistiques au sein du Cirque, précisent les deux artistes.

Une vie presque normale

Mathieu Chouinard souligne que la Chine a vraiment repris un mode de vie assez normal à l’exception de certaines régions où il y a encore des cas de COVID-19. Les artistes du spectacle n’ont pas à respecter une distanciation physique de deux mètres en eux. Par contre, ils doivent encore porter des masques dans les endroits publics et la température corporelle des gens est prise avant d’entrer dans certains lieux publics. Ils disposent aussi d’une application pour téléphone, mise en place au début de la crise, afin de vérifier les allées et les venues des gens.

Dans la salle de spectacle, il y a une forme d’éloignement physique puisque les spectateurs doivent s’asseoir à un siège de distance. De plus, toute l’animation au début du spectacle et l’interaction avec le public ont été éliminées par mesure préventive. La salle qui peut accueillir jusqu’à 1500 spectateurs ne sera donc pas remplie à sa pleine capacité jusqu’à nouvel ordre.

Les deux artistes demeureront en Chine au moins jusqu’en novembre prochain. Pour l’instant, le spectacle est présenté trois fois par semaine.