L’industrie culturelle au Madawaska en mode relance

Fortement ébranlés par la crise de la COVID-19, les intervenants culturels du Madawaska y vont d’efforts notables afin de relancer le secteur des arts et de la culture dans le Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick.

Des consultations publiques virtuelles ont d’ailleurs eu lieu lundi, question de trouver des solutions pour la relance activités culturelles de la région.

«Il y a plein de choses qui se brassent. Des annonces devraient bientôt être effectuées», a indiqué Christine Lavoie, la directrice du Centre des arts d’Edmundston et animatrice de ces discussions virtuelles.

Les intervenants culturels ont témoigné tour à tour avec beaucoup d’émotion de la situation depuis l’avènement de la pandémie de COVID-19.

«Nous sommes déçus. Le Festival de jazz et blues d’Edmundston aurait normalement débuté dans quelques jours, mais il n’est pas là…», se désole Mélanie Ruest, la présidente de l’événement qui était sur une relance.

«C’est évident qu’on a hâte à une reprise des activités», indique pour sa part Christian Landry, le propriétaire de l’entreprise d’animation et de sonorisation Sonoclef d’Edmundston.

«Économiquement, cette période est une véritable catastrophe, même si j’ai plus de temps de faire plein de choses dont j’avais le goût de faire», affirme pour sa part le musicien Bruno Jacques Pelletier.

L’artiste en art visuel Émilie Grace Lavoie a également témoigné d’une période difficile à traverser pour bon nombre d’artistes.

«Je ne me sens pas actuellement dans un état pour être créative. J’ai de la difficulté avec tout ça.»

«La COVID et l’isolement m’ont beaucoup bouleversé», a affirmé à son tour Vicky Lentz, une autre artiste en art visuel elle aussi originaire du Madawaska.

La Ville d’Edmundston entend favoriser cette relance du secteur culturel par l’entremise de son département des arts et de la culture et du Centre des arts.

L’endroit est d’ailleurs de nouveau ouvert au public et proposera une exposition de la peintre Louise Giroux dès la semaine prochaine.

Des camps d’été destinés aux jeunes seront aussi offerts durant la saison chaude.

«Les artistes et les organismes culturels qui ont besoin d’un coup de pouce pour des projets de création et la diffusion d’œuvres ou encore pour obtenir de l’aide gouvernementale peuvent compter sur l’accompagnement du Centre des arts», a souligné Christine Lavoie.