Caraquet: les Mercredis spectacles auront bien lieu

L’été culturel ne sera pas totalement perdu à Caraquet. D’accord, il n’y aura pas de Festival acadien ni de Rendez-vous de la fierté, deux grands rassemblements populaires, en raison de la pandémie de la COVID-19. Mais il y aura le retour des Mercredis spectacles au Vieux couvent.

L’auteur-compositeur-interprète Maxime McGraw aura l’honneur de casser la glace, cette semaine, à compter de 19h.

«Ça fait du bien!, lance-t-il avec soulagement en entrevue avec le journal. Je suis vraiment fébrile. Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas fait de scène. Depuis février en fait. C’est beau jouer de la musique dans le salon chez nous et devant un écran sur Facebook, mais ça ne se compare pas à se présenter devant un public, à accepter leurs applaudissements, à les entendre chanter avec moi. J’ai peur d’être un peu rouillé, mais j’ai hâte. J’ai très hâte!»

Le Tracadien lancera donc la deuxième saison de ces rendez-vous musicaux en plein air, dans des conditions tout à fait inhabituelles. Le directeur de Centre-Ville Caraquet, Mario Landry, explique que l’organisation a fait des pieds et des mains pour non seulement présenter aux gens une programmation plus que décente, mais pour aussi préparer l’endroit en fonction des règles strictes de la Santé publique.

Ainsi, un maximum de 50 personnes sera admis sur le site limité par des barrières. Les bancs seront placés dans le respect de la distanciation sociale. Le masque ne sera pas obligatoire, mais il est fortement suggéré. Il n’y aura qu’une entrée et qu’une sortie, alors que les spectateurs devront emprunter un sens unique.

Chaque personne devra s’identifier et laisser ses coordonnées aux responsables.

«Les gens sont contents, a pu constater M. Landry. Ils nous disent “Enfin!”. Ce sera bon de sortir et de voir des artistes qui n’ont pas joué depuis un bout. La programmation n’a pas été difficile à remplir, car les artistes sont disponibles. Le gros du travail est de préparer le site afin de respecter les normes de la Santé publique. Nous voulons amener un achalandage dans le centre-ville et pour nos gens d’affaires. On veut que ça bouge, parce que les gens sont tannés de ne pas avoir d’activités. On est habitué à vivre un été culturel occupé.»

Mercredi, Maxime McGraw offrira au public un spectacle à la bonne franquette, avec ses compositions et quelques demandes spéciales, s’il les connaît. Il sera suivi de Raynald Basque (1er juillet), Kit Goguen (8 juillet), Joey Robin Haché (15 juillet), les Gnous taciturnes (22 juillet), les Filles du Bocage (29 juillet) et Raphaël Butler, qui viendra clore la saison avec son groupe le 5 août.

Tous ces concerts sont gratuits. En cas de pluie, ils seront remis.

«Le Vieux couvent de Caraquet est l’emplacement idéal pour ce genre de spectacles étant donné la situation, affirme Maxime McGraw. Autant les artistes que les gens ont hâte de jouer ou d’écouter. C’est dur d’imaginer un été sans musique. Pour les artistes, c’est difficile financièrement, mais c’est aussi difficile parce que nous aimons ce que nous faisons. Avec ces Mercredis spectacles, on a au moins une porte ouverte et on espère que ça va en ouvrir d’autres.»

Le chanteur avoue qu’il aura le trac, mercredi, avant de mettre les pieds sur la scène. Mais ce sera une belle soirée, autant pour lui que pour les spectateurs, promet-il. Car rien ne vaut une performance devant un public.