La 40e saison de l’Été musical de Barachois en quarantaine

L’Été musical de Barachois célèbre son 40e anniversaire en quarantaine. Cette série classique estivale, qui normalement a lieu à l’Église historique de Barachois, migre vers la toile afin d’offrir une dizaine de concerts virtuels qui mettront en vedette des musiciens du Nouveau-Brunswick et d’ailleurs.

Le codirecteur artistique de l’Été musical et pianiste, Julien LeBlanc, n’aurait jamais imaginé célébrer un tel anniversaire de cette façon. Ils ont dû revoir leur programme initial pour s’adapter au contexte de la pandémie de COVID-19. Jusqu’à cette semaine, la Santé publique n’autorisait pas la réouverture des salles de spectacle. Dix concerts, la série Jeunes artistes et des conférences figurent au menu classique virtuel. Julien LeBlanc et Pierre-André Doucet tenaient à offrir une série de concerts pour le 40e anniversaire, peu importe le contexte.

«Pour nous, c’est important de trouver une façon de marquer ce 40e anniversaire parce que ce n’est quand même pas rien d’avoir une série classique qui a duré aussi longtemps et qui continue de grandir. C’est important pour nous de ne pas perdre le contact avec notre public. Et finalement, le plus important était de trouver une façon de soutenir les artistes pour qui c’est une période difficile et incertaine et de leur offrir un cachet», a affirmé Julien LeBlanc.

Plus de la moitié des artistes de la programmation initiale ont accepté d’offrir une prestation virtuelle, d’autres ont préféré remettre à plus tard leur concert.

«Comme ça se fait par internet, on ratisse beaucoup plus large, donc on espère que ça va nous faire encore mieux connaître à l’extérieur de la région.»

Parmi les musiciens invités, on retrouve l’altiste talentueuse Marina Thibeault, dont le nom circule beaucoup dans le milieu de la musique classique. Cette artiste établie à Vancouver sera accompagnée du pianiste Chiharu linuma dans un récital présenté en direct de l’Université de la Colombie-Britannique.

«Ça risque d’être un moment très fort parce que c’est une artiste absolument extraordinaire», a commenté Julien LeBlanc.

Le concert du saxophoniste Allen Harrington et de la pianiste Laura Loewen donnera le coup d’envoi à cette série estivale le 2 juillet.

«On n’a pas souvent l’occasion d’entendre le saxophone en instrument solo en musique classique et c’est aussi une occasion de découvrir un répertoire très intéressant.»

Pour cette saison, ils ont tenté de mettre en lumière des sonorités et des œuvres hors du commun. On retrouvera donc au programme un récital de thérémine et piano avec Grégoire Blanc et Julien LeBlanc.

«Le thérémine est un instrument pas très connu qui a été inventé au début du 20e siècle. C’est un instrument à ondes magnétiques. Ça sonne un peu comme le violon et comme la voix humaine. C’est très difficile à jouer et Grégoire qui est à Paris en ce moment est un grand virtuose de cet instrument.»

Tous les concerts sont offerts gratuitement. En plus des récitals, l’Été musical présente une série Jeunes artistes en collaboration avec le Festival de musique du Grand Moncton. Les capsules vidéo seront diffusées sur la page Facebook de l’Été musical chaque mardi à compter du 30 juin. Comme l’Académie de l’Été musical ne peut pas accueillir d’élèves cet été, quatre professeurs donneront des conférences au mois d’août.

Le guitariste David Jacques, l’ensemble Ventus Machina, le trio formé de la flûtiste Karin Aurell, Jaeyoung Chong (violoncelle) et Pierre-André Doucet (piano) ainsi que le trio baroque Les Barocudas (en collaboration avec le Festival international de musique baroque), font partie de la sélection 2020. Ce trio a choisi de présenter un répertoire d’œuvres de l’époque baroque composées dans des contextes de pandémie.

Concerts en salle?

Un récital rassemblant Pierre-André Doucet au piano, Lucia Rodriguez au violon et Jaeyoung Chong au violoncelle clôturera la saison.

Même si les salles de spectacle peuvent rouvrir leurs portes à compter de vendredi, la saison de l’Été musicale sera principalement virtuelle puisque la plupart des musiciens viennent de l’extérieur de la province.

Toutefois, il est possible que trois des concerts, dont celui de Ventus Machina et le récital de clôture, soient présentés en salle à Moncton, tout en étant diffusés en ligne, a annoncé Julien LeBlanc. Rien n’est encore confirmé. Un des concerts aurait lieu à la cathédrale de Moncton, tandis que les deux autres seraient présentés au Centre communautaire de la paix.

Le 40e anniversaire sera aussi l’occasion pour les responsables de recueillir des témoignages d’artistes, de collaborateurs, de spectateurs et de bénévoles. Ces témoignages seront diffusés à compter du 29 juin.