La Collection Cormier exposée pour la première fois au public

Une partie de la Collection Claudette et Maurice Cormier est dévoilée au public. Le Musée de Kent présente 40 œuvres de cette vaste banque d’art populaire qui rassemble plus de 1200 tableaux des années 1800 à 2000.

Deux salles de l’ancien couvent de Bouctouche, transformé en musée, ont été rénovées afin d’accueillir les œuvres d’art de la Collection Cormier qui peuvent enfin être exposées. Léguée à l’organisme Nation Prospère Acadie, la collection qui est présentée pour la première fois au grand public permet de découvrir des bijoux de l’art populaire. Même si la plupart des artistes sont amateurs, leur technique est assez impressionnante. De plus, ces œuvres témoignent de la vie en Acadie à plusieurs époques. Les portraits, la vie religieuse, les paysages maritimes, le travail à la ferme, la nature et les animaux figurent parmi les thématiques privilégiées des artistes.

«Ce qui est fascinant pour nous, c’est de découvrir des artistes qu’on ne connaît pas qui étaient quand même assez avancés comme Francis Boileau (il peignait à l’aquarelle avec un groupe d’artistes du CN)», a déclaré le directeur général de Nation Prospère Acadie, Daniel LeBlanc.

Celui-ci précise que la Collection Cormier est la plus grande collection d’art populaire acadien. On y retrouve des œuvres d’artistes pas connus qui n’ont à peu près jamais exposé, mais qui avaient quand même des techniques assez perfectionnées. Dans cette vaste collection, il y a aussi quelques tableaux de peintres professionnels reconnus comme Roméo Savoie, Georges Goguen, Claude Roussel et Guy Duguay (un autoportrait). Dans le cas de Roméo Savoie et de Georges Goguen, ce sont des œuvres qui diffèrent complètement de leur style habituel.

Dans l’ensemble, les 40 œuvres choisies ont été réalisées principalement par des artistes du sud-est de la province, reflétant ainsi l’ensemble de la collection. Il y a quelques tableaux créés par des artistes d’autres régions en Acadie.

«Maurice et Claudette ont réussi à trouver ces bijoux et à les amener dans leur collection. Évidemment, c’est une grande collection, on ne peut pas toutes les exposer. Le but de l’exposition, cette année, est de montrer un inventaire de ce qui se faisait en Acadie et la diversité de la collection. Plusieurs des tableaux ont été réalisés par des religieuses ou par des élèves de religieuses. Le rôle des religieuses dans l’enseignement de l’art acadien a été une grande influence avant la période de l’université.»

Trois grandes périodes

Les œuvres ont été prêtées au Musée de Kent afin qu’il puisse les mettre en valeur. L’étudiante en art visuel Émérise LeBlanc-Nowlan, qui est l’une des deux étudiantes embauchées pour documenter la collection, précise que la collection se divise en trois périodes; avant 1923, de 1923 à la fondation de l’Université de Moncton en 1963 et de 1963 jusqu’aux années 2000. Elle et Geneviève Robere ont donc choisi des tableaux qui représentent chacune des époques de la collection. Les plus anciens sont surtout des portraits au fusain à l’époque où la photographie n’existait pas.

«Dans la période d’après, il y a des artistes qui comme Jeanne Léger ont été suivre une formation à différents endroits. Ils ont rencontré de grands maîtres en Europe pour pouvoir l’apprendre eux-mêmes et l’enseigner aux autres de la région ici. Ce sont des artistes amateurs et plusieurs étaient autodidactes et ils pouvaient reproduire des tableaux assez remarquables.»

Dans l’exposition, on retrouve, entre autres, des oeuvres de la cantatrice acadienne Anna Malenfant, de Sr Annie Forest, du père Anselme Chiasson, d’Ernest Cormier, d’Oscar Z. LeBlanc, de René Hébert, d’Édouard Gautreau, du sculpteur Woodchuck (Charles Bernard) ainsi que du dessinateur Camille Cormier qui a commencé à pratiquer la peinture en 1937. Aux côtés de ses dessins se trouve un portrait de lui réalisé par Yolande Boudreau. Si le figuratif et le réalisme sont à l’honneur dans cette collection, il reste que certains tableaux se rapprochent du moderne.

L’exposition est en montre jusqu’au 30 août à l’occasion du 140e anniversaire de la construction de l’ancien Couvent de Bouctouche. Au cours des prochaines années, les responsables de la collection souhaitent ajouter des œuvres à l’exposition et varier les tableaux qui sont exposés. Rappelons que Maurice Cormier a publié un livre L’Acadie sur Toile qui présente de cette collection.