Prix France-Acadie 2020: Michael Poplyansky jette un nouveau regard sur le Parti acadien

Lauréat du Prix France-Acadie 2020 pour son essai Le Parti acadien et la quête d’un paradis perdu, l’auteur Michael Poplyansky jette un nouveau regard sur cette formation politique depuis sa fondation jusqu’à sa dissolution en 1982.

L’Association Amitiés France-Acadie a annoncé, cette semaine, le lauréat du Prix France-Acadie 2020, section sciences humaines. Michael Poplyansky qui a grandi à Moncton et qui a écrit une partie de son ouvrage pendant qu’il était professeur à l’Université Sainte-Anne à la Baie Sainte-Marie a toujours maintenu des liens avec l’Acadie, même s’il habite maintenant à Régina. Recevoir ce prix représente un grand honneur pour l’essayiste et professeur d’études francophones à la Cité universitaire francophone de l’Université de Régina.

«On regarde les auteurs qui ont reçu ce prix par le passé, des Léon Thériault, Joseph Yvon Thériault, Michel Cormier, Denise Lamontagne, toute une liste de gens qui ont vraiment marqué l’Acadie, donc je me sens vraiment humble par rapport à tout ça…C’était ma thèse de doctorat et j’étais vraiment investi là-dedans pendant plusieurs années et c’est sûr que ça fait plaisir que ce soit reconnu», a déclaré Michael Poplyansky au cours d’un entretien téléphonique.

À partir de documents d’archives, de recherches et d’entretiens avec d’anciens militants du Parti acadien, l’auteur dresse un portrait en profondeur du parcours de cette formation politique et de son legs. Il le situe dans un contexte plus global, soit l’émergence de mouvements nationalistes ou autonomistes à travers la planète dans les années 1960 et 1970. À son avis, l’étude du Parti acadien permet aussi de comprendre d’autres mouvements nationalistes.

«Ce n’est pas un livre de politique comparative, ça se concentre sur le Parti acadien, mais ça soulève certaines questions et interrogations que les gens pourraient poursuivre davantage. Ça pourrait intéresser les gens non seulement en Acadie, mais qui sont en Bretagne ou en Écosse, dans d’autres nations sans État.»

Même si le Parti acadien n’a jamais fait élire de député à l’Assemblée législative, il a contribué à la construction identitaire de l’Acadie contemporaine. L’auteur qui a vécu à Moncton et un peu partout au pays a toujours été fasciné par le débat linguistique et la réalité des francophones du Nouveau-Brunswick, qui rappelle-t-il, est unique.

«Ce n’est pas une majorité comme au Québec et ce n’est pas une minorité comme dans d’autres provinces. Quand j’ai découvert qu’il y avait ce mouvement politique, je me suis dit qu’il fallait creuser un peu plus et ç’a donné au livre. Ça tombe bien, si on regarde la situation actuelle au Nouveau-Brunswick avec tous les débats linguistiques et l’Assemblée nationale de l’Acadie. Je ne prévoyais pas ça, mais ça tombe bien, c’est un retour dans le passé qui est peut-être plus pertinent aujourd’hui qu’il y a quelques années.»

Une fois que la crise sanitaire sera derrière nous, il y aura certainement plusieurs questions à poser sur le plan linguistique, juge l’auteur. Il note que l’élection du gouvernement de Blaine Higgs a suscité beaucoup de questionnement chez les Acadiens.

«On n’est pas ans les années 1970 alors je ne pense pas le projet de province acadienne revienne. D’après les conversations que j’ai eues avec des militants acadiens, on me dit par exemple que l’expérience du Parti acadien peut être utile, mais c’est sûr qu’on ne va pas copier les recettes du passé, mais avoir cette prise de conscience là, c’est important surtout maintenant où l’avenir est peut-être moins certain.»

L’auteur qui s’intéresse particulièrement à l’histoire contemporaine de l’Acadie a collaboré à des ouvrages collectifs, dont Paroles et regards de femmes en Acadie, paru récemment aux Presses de l’Université Laval. Le Parti acadien et la quête d’un paradis perdu est le premier ouvrage qu’il publie en solo. L’auteur revient en Acadie presque tous les étés. Il envoie aussi régulièrement de ses étudiants de Régina à l’Université Sainte-Anne pour les programmes d’immersion française.

Le Parti acadien et la quête d’un paradis perdu a été publié aux Éditions Septentrion en 2018. Le Prix France-Acadie sera remis le 20 novembre à l’Ambassade du Canada à Paris.