Carl Philippe Gionet quitte la direction artistique de Musique Saint-Joachim

Après cinq années à la direction artistique de la série classique Musique Saint-Joachim, le pianiste Carl Philippe Gionet fait ses adieux afin de se consacrer davantage à ses propres projets. Du même souffle, il déménage son piano à l’Église de Saint-Simon.

Carl Philippe Gionet précise qu’il s’agit d’une décision longuement réfléchie. Il assurait la direction artistique de cette série musicale depuis ses débuts. Puisque la pandémie de coronavirus oblige plusieurs organismes à suspendre leurs activités, il estime que c’était le bon moment pour tirer sa révérence.

«La COVID-19 a forcé tout le monde à se questionner sur ce qu’on fait, sur la direction qu’on prend, pas juste dans les arts, mais dans tous les milieux. Pendant qu’on a justement le temps parce que ça nous a été imposé, c’est le moment idéal pour restructurer certaines choses et redéfinir où on va mettre nos énergies pour continuer d’avancer, de se développer et de créer. Après 5 ans à Musique Saint-Joachim, c’est le temps d’avoir une autre vision pour ma carrière et pour Musique Saint-Joachim», a expliqué Carl Philippe Gionet.

Même si tous ses concerts ont été annulés du jour au lendemain, le pianiste de Caraquet a plusieurs projets de publication et d’enregistrement et il s’est même remis aux arts visuels.

«Depuis les derniers trois, quatre ans, je me suis lentement remis à l’art visuel et c’est en train de prendre des proportions vraiment intéressantes. Je commence à avoir des projets d’expo. J’ai vendu plusieurs toiles durant l’hiver. Ce sont de très grandes œuvres abstraites sur bois dans les teintes de noir et de blanc.»

Le producteur de Musique Saint-Joachim, Réjean Poirier, a fait savoir que le départ de M. Gionet ne compromet pas l’avenir de la série musicale.

«On va continuer à faire nos projets. On va avoir quelqu’un d’autre qui fera la direction artistique ou ce sera moi. Il n’y a pas vraiment d’impact ou de problème particulier.»

Cette série présente entre 10 et 14 concerts par année, principalement à l’Église Saint-Joachim de Bertrand. Le producteur et le pianiste élaboraient la programmation ensemble. L’organisme devra se procurer un autre piano pour ses concerts puisque M. Gionet a déménagé le sien à Saint-Simon. Comme l’explique Réjean Poirier, ils ont encore le temps de voir venir les choses et de se préparer puisque tout est arrêté en raison de la crise sanitaire.

Carl Philippe Gionet souligne qu’il est tout à fait normal qu’il reparte avec son piano qui lui appartient. Celui qui assurait la direction artistique de façon bénévole avait prêté son piano à l’organisme. Il a choisi l’Église de Saint-Simon, située à quelques minutes de sa résidence, pour plusieurs raisons.

«Premièrement, c’est l’église de ma famille du côté de ma mère. C’est un lien émotionnel d’une force que j’ai de la misère à expliquer parce que moi, j’ai commencé à jouer du piano avec ma grand-mère. Le nom de mes arrières-grands-parents est écrit en dessous du chemin de croix parce qu’ils ont payé pour faire bâtir l’église.»

Le piano pourra servir autant à sa pratique qu’au programme de stage professionnel Musique sur mer en Acadie qu’il a fondé. Il mentionne que ce programme voué à l’éducation et à la transmission du savoir ne tente pas de rivaliser avec Musique Saint-Joachim qui, pour sa part, a un mandat de diffusion. Il a choisi cette église de concert avec une professeure de musique internationale engagée dans le programme.

«On estime que c’est cette église qui se prêtait le mieux pour le travail qu’on fait avec Musique sur mer. On n’est pas dans les plates-bandes de personne. On est tous là en train de coexister», a ajouté celui qui enseigne aussi à l’Université de Moncton.