La Sagouine sera de nouveau montée sur scène

Le Théâtre du Trident à Québec redonnera vie à La Sagouine qui sera jouée par une nouvelle comédienne Lorraine Côté, dans une mise en scène de Patrick Ouellet. Si elle a hésité un peu au début à donner son approbation, Antonine Maillet a bon espoir que cette production sera à la hauteur du personnage.

Pour la directrice artistique du Trident, Anne-Marie Olivier, la Sagouine est une œuvre extraordinaire, fondatrice qui porte sur le sens de la vie qui nous dit d’où on vient et où l’on va. Cette ménagère philosophe à ses heures pose des questions en toute naïveté, mais qui sont extrêmement pertinentes encore aujourd’hui et qui ne laissent personne indifférent, soutient-elle.

«C’est extrêmement riche, ça parle de plein de sujets, la politique, l’identité, la propriété, l’intime, la famille, la religion. C’est fin, c’est drôle», a déclaré Mme Olivier, en entrevue téléphonique à l’Acadie Nouvelle.

À ce jour, La Sagouine n’a été jouée que par Viola Léger à l’exception d’une comédienne en France. Il y a eu quelques tentatives insatisfaisantes par le passé, mais cette fois-ci, est la bonne, croit Antonine Maillet.

«J’ai hésité bien entendu parce que je sentais que Viola Léger avait quelque chose d’immortel. C’est justement pour ça qu’on ne peut plus la laisser mourir la Sagouine. Ce n’est pas parce que Viola ne peut plus la jouer que la Sagouine ne peut pas être jouée.»

Anne-Marie Olivier est consciente de s’attaquer à un monument et elle ne veut surtout pas manquer de respect à cette œuvre et imiter qui que ce soit. Lorraine Coté est une grande interprète, avec beaucoup de coeur, d’intelligence et d’acuité, considère la directrice artistique. Elle était son premier choix.

«On pense que c’est un texte important à dire. À voir comment Lorraine s’investit pour le rôle, pour elle, c’est un honneur, un monument sacré. Elle y ajoute beaucoup de son coeur, de son passé. Quand elle lit le texte, elle pense à ses oncles, ses tantes, sa mère, son père donc on sait que c’est très délicat, mais en même temps, je pense quand même qu’il faut le remettre sur nos scènes tout en respectant le travail extraordinaire que Viola Léger a apporté à ce personnage. C’est presque indissociable. On le savait qu’il y avait un côté sacré, mais en même temps, ça va faire du bien au monde d’entendre ce texte-là.»

50e anniversaire

Belle coïncidence: le théâtre célèbre ses 50 ans tout comme La Sagouine. Antonine Maillet a donné son approbation à cette nouvelle production après avoir vu une vidéo de la comédienne et discuté avec l’équipe. Elle connaît bien aussi le metteur en scène Patrick Ouellet qui a travaillé au Pays de la Sagouine. L’auteure estime que la comédienne ne doit pas essayer de remplacer Viola Léger, mais de créer sa propre Sagouine.

«J’ai écouté la vidéo de Lorraine Côté et vraiment d’après ce que j’ai entendu, je me dis qu’elle peut la faire. Elle est très bonne. C’est pas Viola, mais c’est la Sagouine. Viola a donné sa version, sa poésie à elle et la prochaine va faire la sienne… Il faut s’assurer qu’elle la fasse bien, à la hauteur de la Sagouine. La Sagouine n’est pas immortelle forcément, je ne le sais pas moi. Tout ce que je sais, c’est qu’il faut la protéger alors je m’assurerai aussi longtemps que je serai là que jamais personne ne la joue sans être digne de la Sagouine», ajoute l’écrivaine qui estime que le personnage est bien plus grand qu’elle.

Le montage de la pièce sera différent tout en respectant le texte à la lettre. Les créateurs ont fait une sélection parmi les 16 monologues pour créer le spectacle. Antonine Maillet a l’intention d’assister à la générale. La pièce sera présentée du 22 septembre au 18 octobre.

Par ailleurs, l’écrivaine a plusieurs projets en chantier. Elle a entrepris l’écriture d’un conte un peu dans la même lignée que son plus récent ouvrage Fabliau des temps nouveaux. Les Éditions Leméac publieront à compter de l’automne l’oeuvre complète d’Antonine Maillet en plusieurs volumes.