Symphonie NB remontera sur scène à l’automne

Symphonie Nouveau-Brunswick offrira une nouvelle saison 2020-2021 avec des concerts devant public qui permettra aussi de voir à l’oeuvre trois chefs invités, tous candidats pour le poste de directeur musical de l’orchestre.

Depuis le départ de Michael Newnham à la direction musicale en 2018, l’orchestre symphonique provincial collabore avec des chefs invités. Le poste n’a toujours pas été pourvu. Comme l’explique le premier basson de l’orchestre, Patrick Bolduc, le processus de recrutement a été interrompu au printemps. Trois chefs invités, tous candidats pour le poste, devaient diriger l’orchestre au printemps, mais la pandémie a forcé l’annulation de l’ensemble des concerts. Les chefs invités ont accepté de revenir cet automne pour diriger l’orchestre Camerata NB, la formule réduite de Symphonie NB.

L’orchestre offrira trois concerts différents du 2 octobre au 23 décembre qui seront présentés à Moncton, à Saint-Jean et à Fredericton (Théâtre Capitol, Théâtre Imperial et Playhouse). Trois programmes sont au menu de cette série. Roses d’été sera dirigé par Martin MacDonald, Feuilles d’automne par Nadège Foofat et Délices d’hiver par Mélanie Léonard.

«Les trois chefs invités qui vont venir cet automne de l’extérieur vont s’isoler quand ils vont entrer dans la province. Ça ajoute une couche de complications énormes. C’est un gros investissement, mais le fait qu’ils aient accepté de le faire, c’est assez impressionnant», a exprimé Patrick Bolduc.

Celui-ci ajoute qu’il est important pour les musiciens d’avoir la chance de travailler avec les candidats au poste de directeur musical afin d’être en mesure de prendre une décision éclairée.

Les programmes des concerts ont dû être un peu modifiés afin de respecter les restrictions et les différents plans sanitaires mis en place par les salles de spectacle.

«On n’est pas capable de mettre un orchestre symphonique complet sur scène donc c’est là que l’orchestre Camerata vient jouer son rôle. Avec une vingtaine de musiciens, on est capable de mettre le monde sur scène en respectant la distanciation et en suivant les protocoles mis en place par les salles de spectacle. Ce sont les salles de spectacles qui ont établi leur plan et elles se sont basées sur le guide qui a été émis par l’association des présentateurs de l’Atlantique.»

La série de musique de chambre Virtuoso qui comprendra six concerts différents présentés à l’automne et à l’hiver va de l’avant. Les programmes des oeuvres et les lieux des spectacles ne sont pas encore tout à fait finalisés.

Patrick Bolduc souligne que pour Symphonie NB qui célèbre cette année ses 70 années de présence de musique classique orchestrale dans la province, le retour sur scène est très important. Au-delà de l’aspect financier, il y a la passion des musiciens, soulève-t-il.

«Il y a de gros orchestres européens qui ont mis du matériel de bonne qualité en ligne dernièrement, mais ce n’est pas quelque chose pour lequel nous avons nécessairement les moyens techniques ici, puis Symphonie NB privilégie toujours les concerts en direct devant public. C’est notre force.»

Un orchestre qui voyage

Symphonie NB est l’un des orchestres canadiens dont les coûts de production sont les plus élevés parce que l’organisme s’est donné comme mission de servir la province au complet, précise le musicien. L’auditoire est réparti un peu partout dans la province. Tous les concerts principaux sont présentés dans les trois grandes villes du Nouveau-Brunswick. De plus, l’orchestre essaie de se rendre à l’extérieur des grands centres avec sa série de musique de chambre.

«C’est beaucoup de temps à passer dans l’auto pour être capable de faire notre job. Ce n’est pas comme un orchestre qui est basé dans un grand centre, comme à Montréal, qui est toujours dans la même salle et il y a son audience qui remplit la salle. Pour nous, l’auditoire est partout. Il faut qu’on voyage. Ce ne serait pas pensable de demander aux gens de Moncton d’aller écouter un concert à Saint-Jean donc si on est un orchestre provincial, c’est important pour nous d’être capable de desservir le plus de monde possible, donc la seule façon de faire ça est de prendre l’orchestre puis de l’amener où il y a des gens.»

Les billets pour les abonnés seront mis en vente le 1er septembre et pour le grand public le 10 septembre. Pour les détails des concerts, les gens peuvent visiter le site web de Symphonie NB (www.symphonynb.com).