Retour des spectacles en salle: le Capitol mise sur la prudence

Tout comme d’autres établissements culturels de la province, le Théâtre Capitol à Moncton demeure prudent dans son offre de spectacles en salle pour l’automne.

La directrice générale, Kim Rayworth, assure que l’établissement du centre-ville de Moncton produira des spectacles sur scène d’ici Noël, mais elle n’envisage pas d’annoncer une saison complète. En plus des événements déjà annoncés comme le Festival HubCap et Symphonie NB, le théâtre pourrait tenir une demi-douzaine de spectacles d’ici la fin de l’année.

«Nous sommes en négociation avec une demi-douzaine d’artistes pour des prestations. Nous sommes aussi approchés par des promoteurs locaux. Il y aura donc des activités que nous allons programmer en plus des locations», a expliqué Mme Rayworth.

Celle-ci est fébrile et enthousiaste, mais aussi un peu nerveuse à l’idée de rouvrir la salle au public. Elle veut s’assurer que toutes les mesures sanitaires soient en place pour redonner confiance au public. La saison d’automne mettra en vedette essentiellement des artistes de l’Atlantique (surtout en musique) qui seront annoncés bientôt. Pour ce qui est des tournées nationales et internationales, les spectacles sont reportés à des dates ultérieures.

Même si le Festival HubCap proposera la formule sur scène et en ligne, la direction du théâtre n’envisage pas à court terme de produire de spectacles hybrides (en salle et en ligne), notamment en raison des coûts supplémentaires que cela entraîne.

«On va commencer avec du public en salle, à capacité réduite – entre 200 et 295 personnes. Ça demande une logistique et une organisation. C’est du jamais vu pour nous et on tient à ce que ce soit bien fait et que les gens aient confiance en nous.»

Si tout va bien et que le public est au rendez-vous, la direction a l’intention de continuer à présenter des spectacles. Kim Rayworth précise que l’établissement veut demeurer présent dans la communauté et appuyer les artistes. Elle ajoute qu’ils ne veulent pas trop s’avancer et programmer trop d’activités, dont les pertes financières pourraient être élevées, avant de voir la réponse du public.

«Si les gens se sentent en sécurité et que le service et l’expérience sont excellents et que le public retrouve le goût des sorties pour voir le live, ça va peut-être nous permettre de programmer davantage. Pour les artistes aussi, on n’a pas la possibilité d’offrir un cachet normal, alors c’est quand même aux artistes de voir ce qui est possible pour eux. C’est toute une différente manière d’opérer pour nous», a-t-elle ajouté.