Marjolaine Bourgeois expose ses œuvres pour la première fois à Edmundston

Après les îles et ses légendes, voilà que Marjolaine Bourgeois s’intéresse à la surconsommation dans une nouvelle exposition présentée au Centre des arts La petite église d’Edmundston. L’artiste de Moncton compare ses installations à une sorte de mise en scène un peu surréelle.

C’est la première fois que l’artiste de Moncton est invitée à présenter une exposition à Edmundston. Pour l’occasion, elle propose une série d’installations autour du thème de la consommation qui s’intitule C’est unreal. Elle a recréé un peu l’intérieur d’une maison avec une table, une chaise, ses fenêtres, une couverture et des tableaux, tout ça dans un décor textile rempli d’images imaginé par l’artiste.

«C’est un mélange de trucs qu’il y a dans une maison. Je veux montrer un peu la folie des images, mais que ce soit amusant», a déclaré Marjolaine Bourgeois au cours d’une entrevue à la veille de son départ pour Edmundston.

Cette exposition découle d’un travail qu’elle a commencé en 2017 grâce à une bourse du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick qui s’intitulait Lotissement irréel. Ce projet est inspiré de la surabondance d’images à laquelle on est confronté, que ce soit dans les circulaires commerciales, les magazines ou encore sur le web.

«Ce que je questionne, c’est la surabondance d’images dans les circulaires publicitaires ou autre qui m’apparaissent un peu irréelles. Ça ne fait pas de sens des fois. On est bombardé d’images, d’images physiques, mais là, de plus en plus d’images virtuelles.»

Pendant son parcours, Marjolaine Bourgeois s’est aussi intéressée à la nourriture, plus particulièrement aux étiquettes, aux marques et aux noms que l’on donne aux produits alimentaires. Elle a donc amalgamé ces deux projets pour créer l’exposition C’est unreal qui sera présentée au public pour la toute première fois.

«J’ai toujours regardé beaucoup de magazines et les catalogues quand j’étais jeune. Ces images-là m’intéressent parce que ça dévoile beaucoup d’une société, comme la mode, mais en même temps, c’est comme surréel ces images-là. C’est une mise en scène.»

Elle reprend donc cette idée de mise en scène pour créer la sienne dans la galerie. Elle estime que cette exposition tombe à point, soulignant que la pandémie a ramené plusieurs personnes vers l’essentiel. L’artiste qui remet en question la surconsommation a également un propos environnemental dans son travail. Il faut mentionner que ses œuvres ont aussi quelque chose de très ludique. Elle utilise plusieurs techniques, dont le transfert d’image sur tissu, l’estampe, l’assemblage, le découpage et la couture. Avec ses créations, elle transforme l’environnement. Elle a créé ses œuvres sur différentes surfaces, dont le bois, mais le textile demeure au cœur de son travail. Environ 25 pièces composent cette exposition.

L’exposition de Marjolaine Bourgeois est présentée du 10 septembre au 30 octobre. Le vernissage se tient ce jeudi 10 septembre à compter de 17h à 19h. Une causerie présentée à 16h par l’artiste précédera le vernissage.