Danny Boudreau et le duo Beauséjour récompensés au Gala country

Ces prix arrivent au bon moment, estime Danny Boudreau qui avec le duo Beauséjour a remporté deux des 13 statuettes décernées lors du 8e Gala country.

C’est un Danny Boudreau rayonnant qui nous a accordé une entrevue lundi deux jours après son triomphe au Gala country. Celui qui avait récolté sept nominations est reparti du gala virtuel avec quatre prix Willie.

Tout d’abord, le duo Beauséjour qu’il forme avec Jocelyne Baribeau du Manitoba a mis la main sur le Willie de la Découverte de l’année et du Groupe de l’année. Sa composition La Gibson de mon père interprétée par Patrick Norman a été sacrée chanson de l’année, tandis que la série télévisée Tout simplement country à laquelle il participe a remporté le trophée de la meilleure émission de télévision. Ces récompenses arrivent quelques semaines avant la sortie de son dixième disque La lune et le soleil qui aura une couleur résolument country.

«Ces prix-là tombent à point parce que c’est un album plus country de ce que j’ai fait avant, c’est un country très assumé avec Danny Maillet à la guitare. Ça me donne une belle carte de visite», a déclaré l’auteur-compositeur-interprète qui s’est associé avec une agence au Québec afin de faire la promotion de son disque.

Avec un premier album éponyme paru en 2019, Beauséjour est tout nouveau dans le paysage musical. Le duo semble ravir autant le public que la critique. Danny Boudreau se réjouit de ces deux récompenses qui, à son avis, leur donnent une très belle visibilité. Ce sont des prix un peu inattendus, confie l’artiste.

«C’est un peu notre baptême. On arrive là-bas on n’est pas connu. C’est nouveau pour l’industrie musicale country au Québec, donc c’est ce qui est intéressant avec ça. Les gens en parlent. On a fait quand même pas mal d’entrevues, on en a parlé à l’émission Salut Bonjour, donc c’est un rayonnement inattendu. C’est vraiment le fun.»

Avec la pandémie, le duo a dû mettre un frein à ses projets étant donné la distance qui sépare les deux artistes. Les tournées – dont deux prévues en Europe et une en Acadie – ont été reportées à l’automne 2021. Le chanteur de Petit-Rocher assure que Beauséjour est loin d’être mort pour autant.

«Ce n’est pas la fin de Beauséjour, au contraire.»

Il souhaite composer d’autres chansons avec Jocelyne Baribeau et produire un deuxième disque. Le mariage de leurs univers se passe très bien.

«Je trouve qu’on écrit bien ensemble. J’ai pas ça avec beaucoup de monde. En fait, je l’ai avec Ronald Bourgeois, je dirais aussi avec Wilfred. Avec Jocelyne (Baribeau), on a réalisé qu’il faut vraiment s’asseoir ensemble et qu’on écrit ensemble parce que nos univers sont trop différents. Beauséjour c’est un son qui n’est pas le mien. C’est un son qui n’est pas celui de Jocelyne. C’est vraiment, je crois, un son qui est propre à ce duo-là qu’on a créé. Pour que ça fonctionne, il faut vraiment qu’on soit ensemble et qu’on écrive ensemble», a-t-il expliqué.

Chanson de l’année

Dans ses remerciements lorsqu’il a reçu le prix de la chanson de l’année, Patrick Norman a salué le grand talent de Danny Boudreau. La Gibson de mon père est une pièce inspirée d’une histoire de jeunesse que le chanteur lui a racontée un soir après le tournage de l’émission Pour l’amour du country. Cette chanson a également un lien avec la vie de Danny Boudreau puisque son père avait aussi une vieille guitare de marque Gibson.

«Évidemment, il y a un petit peu de moi là-dedans parce que mon père avait aussi une vieille Gibson. Ça fait que tout ça mis ensemble, j’ai pondu cette chanson-là à 4h du matin. Quand je lui ai envoyé, il est tombé tout de suite en amour avec la chanson et il a décidé de la prendre et d’en faire le premier extrait de son album. Elle a beaucoup tourné.»

D’ailleurs, Danny Boudreau reprend cette pièce sur son nouvel album qui sortira le 30 octobre. Un premier extrait – Saint-Tranquille – vient d’être lancé. Le vidéoclip paraîtra très bientôt.

Le chanteur fera partie de la nouvelle saison de Tout simplement country, dont le tournage débute à Halifax au mois d’octobre.

Mentionnons que les Acadiens Laurie LeBlanc, Frank Williams et Sylvain Boudreau figuraient aussi parmi les finalistes cette année. Laurence Jalbert est repartie du gala avec deux Willie, celui de l’interprète féminine de l’année et de l’album d’interprétations.