Le retour de Sainte-Folie dans le paysage musical

Sainte-Folie, ça vous dit quelque chose? Cette formation de la région d’Anse-Bleue dans la Péninsule acadienne qui a pris une pause pendant quelques années est de retour dans le paysage musical depuis un peu plus d’un an avec un nouvel album résolument très rock.

Histoire sans fin rassemble dix titres qui naviguent entre le folk et le rock plutôt musclé. C’est une musique qui déménage. Faire du rock en français est un choix naturel pour ce quintette, dont le cœur balance entre la folie et la sagesse.

Le chanteur principal et guitariste Gaston Cormier raconte que les cinq musiciens sont tous des amis de longue date, originaires d’Anse-Bleue, de Grande-Anse et de Maisonnette. Le groupe s’est formé une première fois en 2008, puis a cessé ses activités en 2012 pour ensuite se retrouver en 2019 au Gala de la chanson de Caraquet. Après avoir lancé un mini-album, le groupe a eu envie de réaliser un disque complet, après qu’un mécène leur a offert un appui financier.

«Neuf chansons sur dix sont nos plus vieilles chansons, à part Emporté par le vent qui est toute récente. Sainte-Folie pourrait faire trois albums, tellement on a de chansons», a affirmé Gaston Cormier.

Ils ont choisi de rassembler leurs premières compositions et une nouveauté afin d’offrir un aperçu de leur parcours musical. L’album a été lancé au mois d’août et un vidéoclip de la pièce Les Mayas est paru cet été.

Si on retrouve des termes religieux dans presque toutes les chansons du disque, Gaston Cormier se défend bien d’être une formation à saveur religieuse.

«Y a beaucoup de beaux mots dans la religion, mais c’est pas parce que j’utilise un mot de la religion que ma chanson est une prière.»

Celui qui a grandi au sein d’une famille musicale compose les paroles et les mélodies des pièces à la guitare acoustique. Il s’inspire de la musique qu’il entend un peu partout. Les cinq membres de Sainte-Folie créent l’enveloppe musicale et les arrangements. Le rock fait partie de leur ADN. Ils ont parfois essayé de faire autre chose, mais le rock revient toujours au galop, souligne le chanteur. La plupart des chansons laissent beaucoup de place à l’interprétation et ils ne cherchent pas nécessairement à transmettre un message, à l’exception de la chanson titre Histoire sans fin qui traite de la guerre.

«C’est probablement une des seules compositions que j’ai écrites où j’avais un but. Je savais que je voulais parler de la guerre. À part de ça, les chansons viennent de phrases que quelqu’un me dit, quelque chose de drôle, une belle phrase, un mot et ça peut être de quoi que je trouve dans un livre. Après, ça prend juste du temps pour écrire les chansons», confie le musicien qui ne veut surtout pas se répéter.

Pochette en arabe

Curieusement, le groupe a choisi d’écrire le titre Histoire sans fin en arabe sur la pochette du disque. Différentes raisons ont poussé les membres du groupe à faire ce choix. Gaston Cormier ne craint pas la controverse et il estime que cela risque de piquer la curiosité des gens. Comme l’explique le guitariste Stéphane Boudreau, chaque membre a un peu ses raisons, mais ils espèrent ainsi briser les préjugés entourant les Arabes.

«Que ce soit les Arabes ou d’autres ethnies, nous sommes tous des êtres humains… Tout ce qui est différent amène de l’incertitude, de l’insécurité à différents niveaux pour tout un chacun. Notre pochette va certainement amener des discussions dans les maisons… je l’espère. Je me suis interrogé au point de vue de l’impact marketing avec cette pochette. Comment les gens vont réagir? Comment savoir que c’est de la chanson française et que c’est Sainte-Folie? Cependant, c’est à nous de faire le travail de publicité et je suis content que nous ayons pris le risque. Nous sommes Sainte-Folie et ce nom de groupe nous va à merveille je trouve», a partagé Stéphane Boudreau.

Le groupe rassemble aussi Benoit Landry (guitare, clavier et voix), Dominique Gallien (basse) et Michel Cormier (batterie et voix).

Sainte-Folie a également lancé un premier vidéoclip de la chanson Les Mayas qui illustre l’ascension du quintette depuis les répétitions dans son sous-sol jusqu’à la scène du Gala de la chanson de Caraquet en passant par des concerts dans un cabaret et un aréna. Le groupe prépare actuellement un nouveau spectacle qu’il espère présenter une fois que la pandémie sera derrière nous.