Le country voyageur de Danny Boudreau

Croisement entre chansons festives et de réflexion sur le monde, le nouvel album de Danny Boudreau, La lune et le soleil, illustre les deux facettes de l’univers de l’auteur-compositeur-interprète qui propose un moment d’évasion dans un souffle country bien assumé.

«C’est beaucoup un album qui jette un regard sur où je suis rendu. Ça parle de voyage, de prendre le temps, c’est aussi un regard sur la société d’aujourd’hui. Je n’ai jamais voulu être moralisateur dans mes chansons, loin de là. C’est surtout pour véhiculer des moments d’évasion et de voyage qui durent de trois ou quatre minutes», a confié en entrevue Danny Boudreau.

Depuis Danny Party en 2015, l’auteur-compositeur-interprète de Petit-Rocher n’avait pas sorti d’album solo de nouvelles compositions originales. En 2019, il a fait paraître en format numérique le mini disque Je suis à l’âme sur lequel il reprend quelques-unes de ses chansons en formule acoustique, mais pas de disque complet d’œuvres originales. Cette fois, le chanteur se fait plaisir en explorant à fond l’univers country; un monde qu’il connaît bien puisqu’il a grandi sur cette musique. Depuis plusieurs années, on peut le voir comme choriste sur des émissions country, la plus récente étant Tout simplement country.

«Je ne dirais même pas que c’est un retour aux sources parce que ç’a toujours été là. C’est peut-être plus assumé aujourd’hui. Souvent ce qui va déterminer si c’est plus pop ou plus country, c’est l’enrobage autour parce que dans le fond, j’écris à peu près de la même façon que j’écrivais musicalement, il y a 20 ans. C’est juste que la décision de l’amener dans des sonorités plus country, c’est vraiment une question de production et d’arrangement.»

Pour cette nouvelle collection de 12 chansons, Danny Boudreau s’est entouré de complices de longue date, dont Danny Bourgeois qui l’accompagne depuis quelques albums pour assurer l’aspect technique de l’enregistrement. Il a fait aussi appel à Danny Maillet à la guitare qui apporte une touche résolument country.

Comme de petits films

Derrière chaque chanson, il y a une histoire comme en témoigne Saint-Tranquille, le premier extrait du disque qui a fait l’objet d’un vidéoclip réalisé par Wilfred LeBouthillier.

«Il s’est servi de la chanson comme prétexte pour inviter les gens dans une histoire qu’il a inventée. Saint-Tranquille devient l’endroit où ça s’est passé. Un endroit paisible qui n’existe pas dans le fond, mais qui existe à l’intérieur de tout le monde. Quand t’as besoin de t’évader, tu te ramasses à Saint-Tranquille, puis t’es ben.»

En écoutant les chansons, les images défilent. Certaines pièces sortent un peu du lot puisqu’elles invitent à la réflexion sur divers enjeux. Jour d’automne, La terre promise ou encore Charleston, très épurée, révèlent le côté un peu plus profond de l’artiste. Danny Boudreau mentionne que le contraste entre ces deux univers l’a suivi tout au long de sa carrière musicale. L’avenir de la planète, le racisme, la perte, le temps qui passe et l’amour figurent parmi les thématiques qu’il aborde dans ce nouveau projet.

«La lune et le soleil, ça décrit quand même assez bien ce contraste que je peux présenter. C’est un contraste que je présente dans ma vie aussi comme artiste que je sois dans une salle en train de chanter avec ma guitare ou dans un chapiteau en train de faire danser les gens.»

Il s’est associé, entre autres, avec Nelson Mainville, Stéphane Blanchette, Louis-Marie Mathieu et Gérard Beauchamp dans l’écriture des chansons. On retrouve sur ce disque La Gibson de mon père primée au dernier Gala country. Pour Danny Boudreau, le premier jet dans l’écriture est très important.

«Je constate que mes premiers jets sont souvent les bonnes idées que je veux garder. Parfois, quand je m’attarde trop longtemps, je perds quelque chose dans l’essence, soit musicale ou dans mes propos.»

Ce 12e album de l’artiste acadien rassemble aussi les musiciens Jesse Mea, Justin Doucet, Sylvain Doucet, Mario Robichaud et la choriste Carole Daigle. Depuis quelques disques, l’auteur-compositeur-interprète assure la réalisation lui-même. Il veut ainsi aller au bout du processus de création. Si Danny Boudreau a déjà laissé entendre qu’il ne sortirait plus d’album physique, il confie qu’il n’a pas le cœur d’arrêter.

«C’est toujours excitant même si ce n’est pas le premier. J’avais dit à un moment donné qu’il n’y en aurait plus des physiques, mais je n’ai pas eu le cœur d’arrêter. J’en fais moins qu’avant, mais j’ai encore besoin d’avoir ce petit côté palpable», a ajouté l’artiste qui est loin d’avoir dit son dernier mot.

Au lieu d’un grand événement dans un seul lieu (qui n’est pas possible en raison de la pandémie), Danny Boudreau propose des petits lancements qui se tiendront dans différents cabarets de la région de Bathurst. Cette mini tournée de trois lancements appelée De bar en bar se déroulera du 3 au 7 novembre. L’album sort le 30 octobre.