ADISQ: un Félix qui donne des ailes aux Salebarbes

C’est un beau vent de fraîcheur dans cette «sécheresse de spectacle», estime Jean-François Breau du groupe Salebarbes couronné du prix de l’album traditionnel de l’année pour son tout premier disque Live au Pas Perdus.

En recevant son prix, le quintette acadien et madelinot, formé de George Belliveau, Kevin McIntyre, Jean-François Breau, Jonathan et Éloi Painchaud, a salué l’ensemble de son équipe et tout particulièrement le public des Provinces maritimes qui le suit depuis les tous débuts de son aventure. Leur premier album constitué de reprises tirées du répertoire cadien louisianais est une captation d’un spectacle donné au cabaret Les Pas Perdus à Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine.

«Salebarbes, c’est un groupe bébé. On est encore dans l’enfance du groupe. D’avoir été reconnu par l’industrie aussi rapidement, on est bien fier de ça. Au départ, que ce disque-là apparaisse c’était déjà une surprise parce que c’est tiré d’un spectacle live qu’on a fait Au Pas Perdus. C’était notre quatrième show», a exprimé Jean-François Breau qui a accueilli ce trophée avec fierté en rappelant que le contexte actuel a forcé les artistes à s’adapter.

«On dirait que gagner ce prix-là, c’est comme si on était en plein milieu de l’océan, qu’on mettait les pieds sur une petite île ben chouette pour se reposer un peu, se faire un «high five» virtuel pis donner un rendez-vous à notre public, lui dire on sait que vous aviez des billets pour qu’on se voie cette année, mais gardez votre billet sur votre porte de frigidaire, on s’en vient.»

L’Acadie en ouverture

Un total de 21 trophées a été décerné lors du Premier Gala de l’ADISQ 2020 animé par Pierre Lapointe, diffusé sur les ondes de Télé-Québec, mercredi soir. C’est l’Acadie qui a donné le coup d’envoi de façon explosive à cette soirée avec des prestations énergiques de Salebarbes et des Hay Babies.

«On était huit Acadiens et Acadiennes sur la scène et je trouve que ça représente bien la diversité culturelle qu’on a. Y a beaucoup de beaux artistes qui sortent du Nouveau-Brunswick. On était fier d’être nommé à l’ADISQ, on est fier de gagner et aussi fier de tout ce qui sort du Nouveau-Brunswick et qui rayonne au-delà des limites de la province», a affirmé Jean-François Breau.

Les membres du groupe ont célébré leur prix chacun chez soi entourés de leur proche et en partageant leur joie sur les réseaux sociaux. Heureux d’être récompensé par l’industrie musicale québécoise, George Belliveau ne cache pas qu’il aurait souhaité vivre l’expérience du gala en personne à Montréal et célébrer avec l’ensemble des finalistes. Mais ce n’est que partie remise, espère-t-il. Il se réjouit de voir autant de musiciens acadiens en nomination à l’ADISQ.

«Je me rappelle que des années, on était tous excités avec une nomination. Cette année, on a eu au-delà de dix nominations. C’est quand même assez impressionnant. Avec les dernières années où la musique acadienne commence à faire son chemin au Québec, on ne passe plus inaperçu. Moi je suis fier de ça», a déclaré George Belliveau.

Rappelons que Les Hôtesses d’Hilaire et P’tit Belliveau ont reçu également des Félix plus tôt cette semaine au Gala de l’industrie. D’autres prix seront remis dimanche lors du Gala animé par Louis-José Houde sur les ondes de Radio-Canada. Les Hay Babies sont en nomination pour le Félix de l’album folk, Les Hôtesses d’Hilaire sont finalistes dans la catégorie spectacle de l’année et P’tit Belliveau dans celle de la révélation de l’année.

Deuxième album en préparation

«Même si on est dans le milieu d’une sécheresse de spectacle, ce n’est pas une sécheresse culturelle parce qu’il y a quand même de la musique qui se crée», a indiqué Jean-François Breau.

À défaut d’être sur scène, le groupe s’est lancé dans la production d’un deuxième album. Les musiciens se sont rencontrés il y a deux mois dans un studio à Valcourt au Québec afin d’écrire et enregistrer des chansons. Ils sont repartis du studio avec quelques compositions qui se retrouveront sur leur nouveau disque qui pourrait paraître en 2021, selon de l’évolution de la pandémie.

Pour cette formation qui regroupe des membres de deux provinces, le confinement complique les choses. Si ce n’était de la COVID-19, ils seraient en pleine tournée de spectacle. Leur deuxième album sera constitué essentiellement de matériel original. George Belliveau précise que Salebarbes a toujours en tête les sonorités de la musique louisianaise réinterprétée à sa propre sauce.