La 24e FrancoFête en Acadie remporte un vif succès

Avec près de 200 artistes et professionnels de l’industrie du spectacle d’inscrits, de la musique aux divers accents, la 24e FrancoFête en Acadie, qui exceptionnellement se tenait en mode virtuel, a été un succès, estiment les organisateurs.

Après cinq jours d’activités en ligne, la directrice générale de RADARTS et de la FrancoFête en Acadie, Jacinthe Comeau, rayonnait. Bien que l’organisation de cette FrancoFête virtuelle a amené son lot défis, elle est satisfaite du résultat.

Un total de 28 extraits de spectacles et clins d’oeil d’artistes de différentes disciplines ont été offerts aux diffuseurs et au public. Près de 900 personnes de plusieurs régions du pays et de l’international se sont branchées à la plateforme web pour suivre la FrancoFête à un moment ou un autre de la semaine.

«Je peux dire que c’était un gros défi à relever. C’est quelque chose qu’on connaît très peu dans le domaine des arts vivants, le numérique, les plateformes web. Comment faire fonctionner un peu de directs avec du pré-enregistrement et je peux dire aujourd’hui, que ç’a été un succès sur toute la ligne. On a travaillé avec des équipes extraordinaires de production spécialisées dans le cinéma, la télévision, donc ça fait une belle différence», a déclaré Jacinthe Comeau, en entrevue vendredi.

Les extraits de spectacles pré-enregistrés ont été diffusés principalement depuis le Centre culturel de Caraquet, le Centre des arts et de la culture de Dieppe et le Lion d’Or à Montréal. En plus des vitrines, les participants ont eu droit à quelques rencontres virtuelles, un salon-contact et à un atelier sur la diffusion web vendredi.

Entre chaque prestation, le comédien Matthieu Girard a réalisé en direct des entrevues avec les artistes, insufflant ainsi du dynamisme aux différentes séries de vitrine.

«Dans chacun des blocs de vitrines, on a vécu des émotions, des frissons, des coups de coeur. C’était cette année encore top qualité. Ça venait nous chercher au coeur autant la danse, le théâtre, la chanson, la musique ou que les arts de la parole avec Natasha Kanapé (poète, slameuse, comédienne, autrice). Ç’a été un très bon moment. La danse avec Chimera danse théâtre a été extrêmement touchante et émouvante», a poursuivi Mme Comeau.

On a voyagé à travers divers accents et couleurs musicales, allant même jusqu’au Mali avec Djely Tapa, lauréate du prix Juno de l’album de musique du monde en 2020. Jacinthe Comeau se réjouit de voir que le public a répondu à l’appel, avec environ 300 inscriptions aux vitrines. Par le passé, le public était moins au rendez-vous.

«Comme c’est un marché pour les diffuseurs, ç’a toujours été assez difficile d’amener le public à se rencontrer dans l’événement, mais je pense qu’avec le virtuel, ça nous a permis ça. C’est une bonne chose.»

Même si le monde des arts a bon espoir d’un retour à la normale, bientôt, les artistes qui ont fait preuve d’ouverture sont prêts à s’adapter aux nouvelles réalités avec différentes formes de spectacles, a constaté Jacinthe Comeau.

«Nous sommes très satisfaits et notre message d’espoir c’est qu’au 25e l’année prochaine, on va se retrouver en personne.»

D’autres rencontres sont prévues au cours des prochaines semaines, dont celle du collectif Assomption Vie-Radio-Canada qui déterminera l’artiste acadien qui remportera la tournée en Atlantique. De plus, RADARTS présentera un grand spectacle Coup de coeur francophone virtuel le 26 novembre (sur la plateforme de la FrancoFête) qui mettra en vedette une quinzaine d’artistes acadiens.