Un record canadien pour Belle-Île en Acadie de Phil Comeau

Le film Belle-Île en Acadie de Phil Comeau vient de franchir un nouveau record, celui du documentaire canadien ayant remporté le plus grand nombre de prix.

Depuis sa sortie en novembre 2019, le court métrage de Phil Comeau qui suit un groupe de Bellilois qui voyage en Acadie a récolté 75 prix dans des festivals au Canada et ailleurs dans le monde. Son œuvre a été primée notamment aux États-Unis, au Japon, en France, en Espagne, en Israël, en Inde, au Bhoutan, au Venezuela et en Australie pour ne nommer que ceux-là. Le film a été présenté dans une centaine de festivals et son périple est loin d’être terminé puisque 26 autres festivals l’ont sélectionné.

«C’est phénoménal ce que ce petit film a réussi à faire avec le grand nombre de pays dans lesquels il est récompensé. Je ne m’attendais pas à un si grand succès. Comme quoi qu’en Acadie, on a de belles histoires à raconter. Notre cinéma a acquis une maturité et voyage mieux que jamais», a déclaré Phil Comeau.

De ce nombre, 15 prix ont été remis à des membres de l’équipe, dont cinq récompenses pour le monteur de cinéma Julien Cadieux et quatre prix pour le directeur photo Bernard Fougères. Serge Arseneault (conception sonore) et Frédéric Chiasson (composition de la musique) ont reçu trois prix chacun.

«Le film n’avait pas un gros budget, mais nous avions une équipe solide et ils ont tous mérité des prix individuels.»

Le budget du film se situait autour de 40 000$, dont une grande partie a été récoltée par le biais du sociofinancement. Le cinéaste a salué également la grande générosité des participants du film.

«Leur histoire et leur inspirant sens d’appartenance à l’Acadie traversent bien les frontières.»

Le film a été vendu aussi au réseau international TV5 Monde qui le diffusera dans plus de 200 pays à compter de décembre. Il sera sous-titré dans une quinzaine de langues. De plus, la tournée FIN Kids stream du Festival international du film de l’Atlantique à Halifax va rendre le film disponible en décembre et janvier aux élèves de toutes les écoles francophones et anglophones de la province.