Des textes dramatiques inédits mis en lecture

Le théâtre l’Escaouette à Moncton a entrepris une série de mises en lectures de textes dramatiques acadiens inédits. Après Laura de Montréal de Mélanie Léger, on propose au public d’entrer dans l’univers d’Antonine Maillet avec la pièce Jeanne de Valois.

Dirigées par des artisans chevronnés du milieu théâtral, ces mises en lectures sont présentées devant un public restreint en salle (30 personnes tout au plus) et en ligne.

«J’ai toujours aimé ça juste entendre le texte. On ne voit aucun élément de production et on peut vraiment se concentrer sur la prise de parole et je trouve que ça, c’est une occasion unique. C’est comme si on faisait le foyer sur cette écriture et la prise de parole», a déclaré la directrice artistique du théâtre l’Escaouette, Marcia Babineau.

Cette nouvelle série théâtrale vient en quelque sorte pallier l’absence de production sur scène cet automne en raison de la pandémie. Les mises en lecture rassemblent plusieurs comédiens. Jeanne de Valois sera dirigée par Diane Ricard et interprétée par Karène Chiasson, Lou Poirier, Katherine Kilfoil, Marie-Pierre Valay-Nadeau, Philippe Beaulieu et David Losier.

Ce 12e roman d’Antonine Maillet paru en 1992, Les confessions de Jeanne de Valois, raconte une année de vie de la religieuse fondatrice du Collège Notre-Dame d’Acadie. Un établissement que l’auteure a fréquenté dans sa jeunesse. Dans cette œuvre hommage, l’écrivaine mêle sa voix emblématique à celle de Jeanne de Valois. Née en mai 1899, mère Jeanne de Valois a l’ambition de mettre le pied dans le prochain millénaire. Nonagénaire animée d’une grande détermination de vivre, elle entreprend la rédaction de ses mémoires, elle qui a vu l’Acadie sortir de l’ombre et qui a participé activement à son grand réveil. Mme Maillet signe l’adaptation théâtrale de son roman.

«C’est vraiment intéressant parce que Jeanne de Valois est une pionnière et c’est aussi une femme qui a fait en sorte que les femmes d’Acadie soient éduquées et elle était quelque part féministe avant son temps. Je trouve que c’est une figure emblématique.»

La pièce met en scène une douzaine de personnages. Incarnée par Karène Chiasson, Jeanne de Valois est presque dans toutes les scènes, fait remarquer Marcia Babineau. Elle fait la rencontre de divers personnages influents de son époque. «Jeanne de Valois est à la tête de ce cortège.»

Cette série automnale de trois mises en lecture se terminera le 17 décembre avec un texte inédit de l’auteur Herménégilde Chiasson, Qu’est-ce que tu as fait avec les ciseaux. Marcia Babineau précise que ce sont tous des textes qu’elle souhaiterait produire un jour.

La mise en lecture de la pièce Jeanne de Valois est présentée ce jeudi à 19h30. Toutes les places en salle sont déjà réservées, mais les gens peuvent assister à la représentation virtuelle en direct en se rendant sur le site web du théâtre l’Escaouette.

Saison d’hiver 2021

Marcia Babineau souligne qu’une prochaine saison de spectacles est prévue, mais ils attendent de voir comment va évoluer la situation de la pandémie. En plus du 10e Festival à Haute Voix qui se tiendra en janvier, la compagnie de Moncton envisage d’accueillir deux productions, une en février et une seconde en avril, et de monter sa propre création Crow Bar de Gabriel Robichaud, prévue en mars.

«Pour l’instant, on est encore en attente de savoir si ça va être possible pour les deux accueils. Quand ils viennent ici, ils doivent faire 14 jours de confinement. Les artistes ne veulent pas souvent faire ce confinement. Puis en même temps, ça coûte cher.»

Ils ont bon espoir que des changements dans les règles sanitaires leur permettront d’aller de l’avant avec leur saison comme prévu.

Si jamais la programmation rencontre certaines difficultés, la directrice artistique n’écarte pas l’idée de présenter à nouveau des mises en lecture de pièces de théâtre.