Phil Comeau décoré de la Médaille Léger-Comeau

Le cinéaste Phil Comeau sera décoré de la Médaille Léger-Comeau 2020, soit la plus haute distinction décernée par le peuple acadien.

La direction de la Société nationale de l’Acadie (SNA) a fait cette annonce mercredi.

«Je suis super content et ému évidemment. Ça fait du bien d’être reconnu chez eux. C’est bien beau de gagner des prix ailleurs, mais ce qui est le plus important c’est chez eux. Je fais mon possible avec mes films pour faire connaître l’Acadie et je pense que ça porte ses fruits», a exprimé Phil Comeau, en entrevue une demi-heure après avoir appris la nouvelle.

Le cinéaste de renommée internationale, originaire de Saulnierville en Nouvelle-Écosse, a une centaine de productions à son actif, dont plus de 30 films qui portent sur l’Acadie. S’il se passionne pour l’histoire de son peuple, il l’est tout autant pour sa culture actuelle et son avenir.

«Là où je suis rendu dans la vie, maintenant que j’ai maîtrisé si on peut dire mon métier jusqu’à un certain point, j’ai le goût de faire des films qui parlent de nous, qui parlent de l’Acadie. J’ai comme plus envie d’aller faire des films internationaux qui sont juste génériques ou autres.»

Des messages de félicitations lui sont venus d’un peu partout, saluant son amour du cinéma et de l’Acadie. Une reconnaissance qu’on estime bien méritée.

«Le parcours de M. Comeau est inspirant. Par l’entremise de ses œuvres, il a permis à l’Acadie de rayonner bien au-delà de ses frontières, à travers le monde. Son travail mérite d’être reconnu à sa juste valeur. C’est donc avec fierté que nous lui décernons la plus haute distinction de l’Acadie», a déclaré la présidente de la SNA, Louise Imbeault.

M. Comeau s’est dit très touché par cette reconnaissance qui porte le nom de son oncle, le regretté père Léger Comeau.

«C’est dommage qu’il ne soit pas vivant parce que je suis certain qu’il serait fier de son neveu. Il pourrait penser qu’il a eu une influence sur mon parcours, sur ma vie peut-être. C’était un homme extraordinaire qui, pour moi, était un diplomate acadien. Il a voyagé sur la planète pendant les dix ans qu’il était président de la SNA. Il avait l’Acadie à cœur. C’était un grand homme puis c’est un honneur d’avoir une médaille qui a le même nom de famille que moi.»

Dans toute sa carrière, le cinéaste a remporté plus de 170 prix et distinctions pour ses œuvres. Son plus récent documentaire Belle-île en Acadie a récolté 95 prix, franchissant ainsi le record de récompenses pour un documentaire canadien. Comme cinéaste, il privilégie l’approche humaniste dans sa façon d’aborder ses sujets. C’est souvent très touchant. Le cinéaste confie qu’il n’y a pas de recette magique.

«À partir du moment où on entre dans les émotions des gens et qu’ils l’expriment bien, je pense que ça devient universel. Ce n’est pas une recette, mais c’est de faire confiance aux personnes qu’on filme et eux en retour ils nous font confiance, ils se dévoilent, et donc à ce moment-là, on arrive à raconter une histoire qui touche les gens.»

Phil Comeau travaille sur quelques projets cinématographiques, dont un docu-fiction sur l’Ordre de Jacques-Cartier, connu aussi sous le nom de la Patente, qui est tourné en partie. Il développe également un documentaire sur les femmes capitaines de bateaux de pêche qui est sur le point d’entrer en production. Dès que les conditions sanitaires le permettront, il pourra entreprendre le tournage. Le cinéaste a aussi un projet de long métrage de fiction, en lien avec l’Acadie, en développement. Le projet appuyé par des producteurs acadiens et québécois est rendu à l’étape de la recherche de financement qui pourrait prendre encore quelques mois.

La cérémonie de remise de la Médaille Léger-Comeau aura lieu lorsque les conditions sanitaires le permettront.

La Médaille Léger-Comeau est une distinction remise annuellement depuis 1985 à des personnes et organisations qui ont fait des contributions remarquables à l’Acadie, dont Antonine Maillet (1987), Martin J. Légère (1992), Angèle Arsenault (2008) Marc Chouinard (2019) et Claudette Thériault (2019).