HubCap: un festival de l’humour créatif et virtuel

Avec une programmation condensée en cinq grands spectacles, dont deux galas francophones, le 21e Festival HubCap met en vedette plus de 35 humoristes de l’Atlantique et de plusieurs régions du pays. Les organisateurs assurent que la créativité sera au rendez-vous. L’événement en format virtuel tient l’affiche du 4 au 6 février.

Le président du Festival, Mashall Button, et le gestionnaire de l’événement, Xavier Léger, admettent que le format virtuel amène son lot de défis. Jusqu’à il y a deux semaines, les organisateurs pensaient être en mesure d’offrir des prestations en salle, mais le resserrement des mesures sanitaires et le retour en phase en rouge du confinement ont fait en sorte qu’ils ont dû revoir la formule du festival et la programmation.

«On se sent comme si on avait planifié trois ou quatre différents festivals. Finalement, on a atterri sur le mode virtuel. On avait déjà un plan b avec ce format-là en tête. Il a quand même fallu tout changer deux semaines avant les dates de présentation», a expliqué Xavier Léger

Les spectacles sont diffusés en direct, sans public, depuis un grand studio dans le parc industriel à Moncton. Pour ce qui est des humoristes de l’extérieur de la région, ils offriront leurs prestations à distance. Certains humoristes qui devaient être sur place comme James Mullinger et Annabelle Hébert, rejoindront le festival de façon virtuelle. Les responsables estiment que le format virtuel ouvre de nouvelles portes au festival puisqu’il leur a permis d’inviter des humoristes de l’extérieur de l’Atlantique qui se produiront à distance.

«Par contre, ce n’est pas la même chose du tout parce que la chose qu’on manque c’est les interactions avec le public. C’est ça la clé de l’humour. C’est sûr qu’on aimerait que ça soit différent, mais on n’a pas le choix», a exprimé Marshall Button qui animera le gala d’ouverture.

Or les organisateurs ont mis en place un système de salles virtuelles qui rassemblera une douzaine de spectateurs qui pourront interagir en ligne avec les humoristes.

Du côté francophone, deux galas sont à l’affiche du festival. Animé par Line Woods, le premier réunira des artistes de l’Atlantique tels que Bryan Otter, Ryan Doucette, Éric Chiasson, Nathan Dimitroff, Julien Dionne et l’humoriste montréalais Neev. Le deuxième gala animé par Nathan Dimitroff mettra en vedette Luc LeBlanc et ses invités, dont Martin Léger, Tommy Des Rosiers et Yves Doucet.

La compétition

Xavier Léger souligne que le festival se retrouve face à de gros joueurs dans l’industrie du divertissement en ligne avec les Netflix et YouTube de ce monde. C’est merveilleux de pouvoir inviter des humoristes de partout au pays et rejoindre du public au-delà des frontières du Nouveau-Brunswick, mais encore faut-il offrir un produit qui se distingue sur la planète web. À son avis, la créativité doit être au rendez-vous.

«Les gens sont tellement habitués à recevoir leur divertissement par internet. Le défi pour nous est d’être certain qu’on embarque dans quelque chose qui est créé exclusivement pour eux. Tous nos animateurs sont en studio et on essaie de reproduire le plus possible ce sentiment d’être live à un show, mais en ligne.»

Pour cette édition virtuelle, les responsables proposent une programmation condensée de cinq galas au lieu des 40 spectacles qu’ils offraient par le passé. Le volet formation, tel que les concours amateurs, les ateliers et les spectacles gratuits sont remis à plus tard. Les prestations extérieures au Parc du centenaire ont été annulées. Les maires de Dieppe, Moncton et Riverview prendront part à un événement bilingue virtuel, le samedi après-midi.

Xavier Léger soutient que la vente de billets va bon train, même s’il est difficile de prédire la réponse du public. Habituellement, le festival rejoint entre 6000 et 10 000 festivaliers.

«C’est sûr qu’on a dû couper beaucoup dans notre budget pour pouvoir faire la transition en ligne et moins se fier à la vente de billets comme une source de revenus», a ajouté Xavier Léger.

Il précise que sans l’appui de leurs partenaires financiers privés et publics, la tenue du festival n’aurait pas été possible. Les gens peuvent se procurer des billets en visitant le site web du festival.