La Grande Marée perd deux de ses écrivains

Les Éditions La Grande Marée sont en deuil. Les auteurs Léonard Larocque et Artémise Blanchard, ayant publié des ouvrages chez cette maison d’édition, sont décédés au cours des derniers jours. Attristé par ces décès, l’éditeur Jacques P. Ouellet estime que le milieu culturel perd ainsi deux passionnés de littérature et d’écriture.

Enseignante de profession à la retraite, Artémise Blanchard a publié cinq livres aux Éditions La Grande Marée, dont Tomar, le tigre de Sibérie et Il était une fois Marcel François Richard. Ces deux contes ont été finalistes pour des prix en littérature jeunesse, dont le prix des jeunes lecteurs Hackmatack. Elle a publié aussi des livres aux Éditions de la Francophonie, dont le récit Où est passé Julien? paru en 2011. L’auteure native de Saint-Louis-de-Kent et établie à Dieppe est décédée subitement, le 11 février, à l’âge de 80 ans.

Celle qui a enseigné au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Ontario, s’est mise à l’écriture jeunesse à sa retraite. Son objectif était de faire connaître la culture de son coin de pays et des personnages célèbres comme Mgr Marcel François Richard. Ce dernier a joué un rôle clé dans l’adoption du tricolore étoilé comme drapeau acadien. La lecture et l’écriture étaient au cœur de sa vie. Jacques P. Ouellet précise que dans ses contes, elle avait toujours un souci pédagogique. Ses livres qui ont eu du succès, certains ayant été réimprimés, ont été illustrés par des artistes talentueux, dont Réjean Roy et Anne-Marie Sirois.

«Artémise Blanchard était tout le temps joviale. Elle aimait beaucoup discuter surtout d’histoire. On parlait aussi souvent de religion. Elle aimait le théâtre. C’était une bonne personne très abordable et déterminée. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds», a commenté l’éditeur de Tracadie.

Léonard Larocque est décédé, le 12 février, à l’âge de 66 ans, des suites d’un cancer. Ébéniste de carrière, l’artiste de Shippagan a œuvré notamment dans le monde du théâtre communautaire. Le cofondateur de la troupe L’entracte et des Productions LaRoc a été à la fois comédien, metteur en scène, scénographe et producteur, etc. L’auteur a participé à au moins 26 pièces de théâtre, en groupe, duos ou seul sur scène. Il a également collaboré à deux documentaires produits par Cojak Productions, La légende Bricklin et Les larmes du Lazaret. Il a publié la pièce Le phantasme d’Hector aux Éditions La Grande Marée en 2019, une comédie en un acte inspirée de l’œuvre du dramaturge français Georges Feydeau. Léonard Larocque avait déposé récemment un nouveau manuscrit aux Éditions La Grande Marée. L’homme de théâtre était également un passionné de karaté et une personne engagée dans sa communauté, a fait savoir l’éditeur.

Jacques P. Ouellet se désole profondément du départ de ces deux auteurs.

«Ce sont deux personnes qui s’éteignent trop rapidement, mais on peut dire qu’on a contribué à l’avancement de leur désir de faire connaître la littérature acadienne, mais c’est triste parce que le milieu culturel perd deux grands travailleurs. Ce n’est pas remplaçable des personnes de même. Ce sont des personnes qui n’étaient pas assises sur leurs lauriers», a-t-il ajouté.