Trois Acadiennes finalistes du Prix nouvelle génération de photographes 2021

Trois jeunes artistes acadiennes qui évoluent dans les arts photographiques figurent dans la liste des finalistes du 4e Prix nouvelle génération de photographes.

Présenté par la Banque Scotia et le Musée des beaux-arts du Canada, le concours souligne le talent d’artistes canadiens âgés de 35 ans et moins qui travaillent derrière l’objectif.

Marika Drolet-Ferguson, de Tracadie, Annie France Noël, de Moncton et Marie-France Robichaud, qui est originaire Shippagan, ont toutes trois été sélectionnées par 16 experts qui composent le comité de sélection du Prix nouvelle génération de photographes.

Julie Forgues, professeure de photographie au département des arts visuels de l’Université de Moncton, est l’une des membres du jury et a grandement contribué aux nominations des trois artistes acadiennes dans la liste préliminaire des finalistes.

Ce jury est constitué de spécialistes de l’art contemporain, des artistes visuels, des professeurs, ainsi que des directeurs et des conservateurs œuvrant dans des institutions publiques d’art.

C’est le représentant de l’Acadie Nouvelle qui a appris la bonne nouvelle à Marie-France Robichaud.

«Je suis étonnée d’avoir été choisie. Je ne m’attendais pas à ça!», a raconté d’entrée de jeu la jeune femme qui se trouve à Florence, en Italie.

«Je suis contente que mes recherches artistiques soient appréciées», a-t-elle ajouté.

Mme Robichaud termine une maîtrise en photographie au Studio Arts College International, un établissement d’enseignement américain situé au cœur de la capitale de la Toscane.

Elle admet avoir la piqûre pour l’Europe et Florence, reconnue pour ses joyaux artistiques, historiques et architecturaux.

«J’ai quand même le goût de revenir plus tard au Nouveau-Brunswick afin de partager des idées et ce que j’ai appris. La photo commence à grandir dans la province», a ajouté Marie-France Robichaud.

Plusieurs reconnaîtront le travail d’Annie France Noël à travers les œuvres musicales d’artistes acadiens comme Joey Robin Haché, les Hay Babies et Cédric Vieno.

Celle qui est aussi directrice de la Galerie Sans Nom à Moncton est à l’origine des portraits que l’on peut retrouver sur les couvertures des albums de ces artistes.

«Figurer sur cette liste, c’est une reconnaissance inestimable qui permet d’être sur la map à l’échelle du pays avec d’autres artistes incroyables», a souligné en entrevue Annie France Noël.

Tout en estimant être elle aussi reconnaissante, Marika Drolet-Ferguson a tenu à souligner la forte présence d’artistes de l’Atlantique parmi les 24 finalistes du concours.

«Le concours est une belle occasion pour présenter son travail et d’échanger avec des gens du milieu», a affirmé la résidente de Tracadie qui partage son temps entre les arts visuels et le métier d’architecte.

Un autre jury d’experts sélectionnera les trois lauréats du Prix nouvelle génération de photographes 2021 parmi les finalistes. Les gagnants, dont les noms seront dévoilés le 23 mars 2021, recevront chacun un prix en argent de 10 000$.

Ils auront de plus la chance d’exposer leurs créations dans le cadre de deux expositions collectives à Toronto au printemps et à l’été 2021 et au Musée des beaux-arts du Canada d’Ottawa à l’automne 2021. Si les restrictions de la Santé publique le permettent, les lauréats bénéficieront également du mentorat de l’équipe de conservateurs du Musée des beaux-arts du Canada.