Le film Belle-Île en Acadie, du cinéaste Phil Comeau, vient de remporter sa 100e récompense, soit le Prix du public au festival 27 Rendez-Vous du cinéma québécois et francophone à Vancouver.

Depuis sa sortie en 2019, le film Belle-Île en Acadie ne cesse de rafler les prix et de s’attirer l’œil du public à travers le monde.

Mais le fait de passer la barre des 100 prix pour son documentaire, c’était inespéré, selon le cinéaste Phil Comeau.

Il y a quelques mois, le documentaire s’était mérité 75 prix issus d’un peu partout dans le monde, le classant déjà comme le documentaire canadien ayant récolté le plus de prix.

«C’est possiblement aussi le record mondial. On a vérifié en France et aux États-Unis, et on continue à fouiller», raconte Phil Comeau, pas peu fier de son accomplissement.

Tourné lors du Congrès mondial Acadien 2019, le film raconte l’histoire d’habitants de l’île française de Belle-Île-en-Mer qui se rendent dans les Maritimes pour renouer avec leurs racines acadiennes.

Il s’agit d’un second regard au concept du documentaire Belle-Île-en-Mer, île bretonne et acadienne, du même cinéaste. Dans le film paru trois ans plus tôt, des Acadiens des Maritimes se rendent à l’île bretonne pour célébrer les 250 ans d’établissement de leurs cousins français.

En songeant au succès de son documentaire, Phil Comeau croit que les personnages de son film y jouent pour beaucoup.

«Pour faire une bonne histoire, il faut de bons personnages», dit-il en entrevue.

Belle-Île en Acadie a servi à faire connaître l’histoire de l’Acadie et de la diaspora acadienne à des peuples du monde entier, selon le cinéaste.

Comme le film fait beaucoup de bruit en France, Phil Comeau ne cesse de recevoir des messages de Français d’origine Acadienne qui ont vu une part d’eux-mêmes dans le voyage des Bellilois.

«Je ne m’en étais pas rendu compte, mais il y a des Acadiens et des Cajuns partout aux États-Unis, pas seulement en Louisiane, au Maine et au Texas», explique-t-il.

Le cinéaste estime aussi que les thèmes de mémoire collective, d’exil et de sentiment d’appartenance abordés dans le film ne laissent personne indifférent.

Le Prix du public décerné par le Rendez-Vous du cinéma québécois et francophone à Vancouver est le 7e prix décerné à ce film en territoire canadien.

Il a été sélectionné à plus de 130 festivals dans une cinquantaine de pays sur cinq continents.

Phil Comeau explique que bien que les festivals de cinéma ne se déroulent plus en personne pendant la pandémie, son film a tout de même pu rejoindre un grand nombre de personnes.

«Depuis que c’est virtuel à cause de la pandémie, ce sont des milliers et des milliers de personnes qui voient le film. C’est un bien pour un mal, dans ce sens-là», dit le cinéaste.

Le film a été financé par une campagne de sociofinancement menée par le cinéaste. Diverses organisations y ont aussi contribué financièrement, dont Quebecor et la Fondation nationale de l’Acadie.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle