Jean-Louis Pitre: un album qui brasse des émotions

Le récit d’une jeune femme qui vit avec une déficience intellectuelle a inspiré la création de l’album collectif Différente. L’infirmier acadien Jean-Louis Pitre, un des compositeurs de la musique, espère que les gens pourront se reconnaître dans cette œuvre musicale adaptée du roman La poulette grise de Marie Gingras.

La poulette grise est loin d’être la petite comptine de notre enfance, mais plutôt le récit fictif d’une jeune femme qui vit avec une déficience intellectuelle légère. Celle-ci se retrouve confrontée à l’image négative qu’on lui renvoie. On raconte dans cette œuvre sa vie auprès de ses parents. Il est question de deuil, de viol, de rupture amoureuse, mais aussi de moments lumineux vers l’acceptation de soi.

Jean-Louis Pitre et son partenaire, le compositeur et psychologue Serge Keravel, ont eu envie de s’inspirer de ce roman pour réaliser un album qu’ils ont intitulé Différente. Leur grande amie, Marie Gingras, qui est aussi psychologue, a écrit les paroles des 14 chansons. Le compositeur originaire de Collette près de Rogersville précise qu’il ne s’agit pas d’une comédie musicale puisque chaque chanson peut être écoutée individuellement.

Établi à Gatineau, Jean-Louis Pitre a travaillé comme infirmier clinicien pendant 33 ans, dont une vingtaine d’années dans les Forces armées canadiennes. Ce projet qui traite de la condition humaine et qui aborde certains sujets difficiles n’est pas venu de nulle part, précise-t-il.

«Serge et Marie sont deux psychologues maintenant à la retraite. Eux aussi, ils ont vu toutes les pires choses qui peuvent arriver aux êtres humains. Ils ont vu ça dans leur cabinet. Ce n’est pas basé sur une vraie personne, mais c’est une compilation de plusieurs personnes et événements.»

Certaines pièces sont particulièrement émouvantes comme J’ai un secret qui, à certains égards, rejoint le vécu du compositeur. En 2017, l’infirmier a décidé de briser le silence en portant plainte contre l’ex-curé Yvon Arsenault. Il avait alors livré un témoignage émouvant à la cour de Moncton. Il espère que cette chanson encouragera les gens qui vivent de la violence à sortir du silence.

«C’est venu beaucoup me toucher, mais comme j’ai dit sur les marches du Palais de justice à Moncton et dans mon témoignage, ç’a eu beaucoup d’effet, mais que je n’allais plus vivre ça et que j’allais pouvoir vivre une meilleure vie à cause de la décision que j’avais prise de ne plus vivre le silence. Avec cette chanson, si ça peut toucher les gens et passer le message de ne pas rester dans le silence. Si on a un secret, il faut le partager avec une personne en qui on a confiance», a confié l’artiste qui affirme avoir une belle vie maintenant.

«Dans ma vie aujourd’hui, je crée de la musique, je vis très bien ma retraite. Je suis retourné travailler à cause de la pandémie, au centre d’appel pour les gens qui veulent des rendez-vous ou des tests de dépistage. Je me prépare à aller donner des vaccins au Palais des congrès à Gatineau.»

Un travail d’équipe

Sorti vendredi, cet album rassemble plusieurs interprètes, dont Virginie Cummins et Nancy Fortin. La légèreté et la lumière se pointent aussi l’horizon sur ce disque. Ce sont principalement de grandes ballades pop, teintées parfois de rock ou encore de rap. Pour Serge Keravel, compositeur de musique instrumentale, Différente constitue son sixième album. Au fil des chansons, on assiste à l’évolution du personnage principal sur le chemin de l’acceptation. «J’ai toujours été différente. Aujourd’hui je veux le chanter» (extrait de Fière de ma différence). Pour créer les univers musicaux, les compositeurs ont été inspirés par les paroles de Marie Gingras.

Jean-Louis Pitre souligne que c’est d’abord pour l’amour de la musique qu’ils ont eu envie de produire ce disque.

«Avec cet album-là, nous on croit qu’on a créé quelque chose de beau. C’est ce que j’espère que les gens vont voir. On espère que les gens puissent se retrouver un peu ou retrouver quelqu’un qu’ils aiment. Ce n’est pas pour créer des controverses, juste pour dire que ça nous touche et peut-être sentir qu’on n’est pas tout seul.»

Le disque a été enregistré au prestigieux studio Piccolo à Montréal. Ils ont collaboré avec l’ingénieur de son Pierre Messier à la coréalisation. On remarque certaines similitudes avec la musique de cinéma. Le compositeur ajoute que les trames sonores de film et le théâtre musical les ont beaucoup influencés.