Des salles de spectacle de Moncton reprennent lentement leurs activités

Avec le retour en phase jaune, des théâtres Moncton commencent à offrir à nouveau des spectacles sur scène. Pour les plus petites salles, les consignes sanitaires compliquent un peu la situation.

La direction du Théâtre Capitol qui a annoncé un premier concert sur sa grande scène soit celui du groupe The Divorcees, le 19 mars, compte à sa programmation entre huit et dix spectacles en salle d’ici le mois de juin. En respectant la règle du 50% de la capacité d’accueil et la distanciation physique, la salle de près de 800 sièges peut accueillir entre 250 et 300 personnes. Selon la directrice du théâtre, Kim Rayworth, c’est viable étant donné que l’établissement a bénéficié des fonds d’aide et reçoit un financement de la Ville de Moncton.

«C’est correct si on présente nos activités avec une légère baisse. On est prêt à investir là-dedans. L’organisme est assez en bon état pour se permettre ça sur le court terme», a-t-elle affirmé.

Dès que les responsables du théâtre ont su que le passage à la phase jaune était imminent, ils ont commencé à contacter des artistes locaux pour voir leurs disponibilités. Comme le groupe de Moncton, The Divorcees, vient de lancer un nouvel album et qu’il célèbre le retour d’un membre fondateur Jaspon Haywood, le concert tombe à point.

Pour l’instant, la direction doit s’en tenir à des artistes du Nouveau-Brunswick et peut-être éventuellement des Maritimes si la bulle atlantique est rétablie. Parmi les concerts prévus ce printemps, il y a celui de Jacques Surette de la Nouvelle-Écosse. «On retient notre souffle», a souligné Kim Rayworth. Les séries Virtuoso et Camerata de Symphonie NB figurent également au programme.

Les plus grands spectacles qui mettent en vedette des artistes de l’extérieur de la région sont reportés.

«On ne veut pas les enlever. On fait tout notre possible pour les reporter comme le spectacle hommage à ABBA prévu pour une salle pleine. On a quand même espoir que le show aura lieu à un moment. S’il ne peut pas avoir lieu, on remboursera le public.»

Du côté du théâtre l’Escaouette, offrir des spectacles devant un public même en phase jaune est plus difficile. Avec la règle du 50% et la distanciation physique, la salle peut accueillir tout au plus 35 personnes, soit environ 15% des quelque 200 sièges. La direction du théâtre a donc décidé de reporter à l’automne sa nouvelle production Crow Bar de Gabriel Robichaud.

«On a reporté Crow Bar parce que ça nous permettait d’avoir un maximum de public, on l’espère à l’automne, parce que jouer devant si peu de personnes, ce n’est pas intéressant pour les artistes. Et si on avait ajouté plus de représentations, c’est certain que ça coûte plus cher pour nous. On a moins d’entrées et plus de frais à payer», a fait savoir la directrice artistique du théâtre l’Escaouette, Marcia Babineau.

Pour ce qui est des pièces en provenance de l’extérieur de la province, tout a été annulé en raison de la fermeture des frontières. La direction du théâtre songe aussi à la possibilité de présenter des activités à plus petite échelle d’ici la fin de la saison. Improvisation NB y présente d’ailleurs sa pièce improvisée Coeurs.