Mois de la Francophonie: le souffle poétique d’Isabelle Cyr

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Isabelle Cyr a toujours aimé jouer avec les mots. Pour la première virtuelle de son nouveau spectacle Sous les yeux d’une lune, elle propose des ambiances musicales et vocales qui mettent en valeur son univers poétique.

«J’ai toujours eu beaucoup de plaisir depuis que je suis enfant, à jouer avec les mots. Pour moi, les mots ont toujours eu comme une couleur, un son, même quand j’écris mes chansons, je récite mes paroles à voix haute pour écouter la sonorité des voyelles, des consonnes», a exprimé en entrevue l’auteure-compositrice-interprète et comédienne acadienne.

La captation du spectacle s’est déroulée dans un théâtre au Québec sans public. Cela a donc forcé l’artiste à revoir un peu sa façon de faire. Habituellement, elle interagit beaucoup avec la foule, souvent avec humour, mais cette fois, comme l’interaction était impossible, elle s’est concentrée sur ses chansons.

«Ça donne un spectacle plus axé sur la poésie que sur un spectacle où il se passe plein de choses. C’est la musique et les chansons qui priment. Quand on est comédienne aussi, c’est sûr que sur scène on mélange les deux. Mais là tout d’un coup, c’est la musicienne, Isabelle Cyr auteure-compositrice-interprète. Ça fait un concert très unique.»

Inspiré par son plus récent album Brûle sur mes lèvres sorti en mai 2019, ce spectacle a pris forme en 2020. Celle qui avait remporté un prix à la FrancoFête en Acadie en 2019 n’a pas eu la chance de présenter son concert en raison de la pandémie.

«À la FrancoFête, j’avais gagné une vitrine pour le ROSEQ et le jour où j’étais en vitrine, le 12 mars à Montmagny, c’est là qu’on a appris que tout fermait. Ç’a eu un effet domino. Tous les spectacles qui se présentaient se sont annulés donc je n’ai jamais pu faire le spectacle en bonne et due forme.»

Elle sera en trio avec Yves Marchand et Élisabeth Giroux dans une formule concentrée sur les paroles, la musique et les voix. «J’ai sélectionné des chansons qui se rapportent plus à la poésie, des chansons de l’album, mais aussi des chansons que j’ai dans mon répertoire. Ce qui fait qu’on entre vraiment dans mon univers plus musical et poétique avec Sous les yeux d’une lune

Ils ont créé des arrangements avec violoncelle, piano, percussions et mélodica pour donner une sonorité spécifique à la version scénique du disque.

Ce concert est présenté en ligne le 16 mars à 22h en Acadie dans le cadre du Mois de la Francophonie. Il est soutenu par le Centre de la francophonie des Amériques et l’ensemble de son réseau, ainsi que la Délégation générale du Québec à Mexico.

«Il y a quand même 30 millions de francophones et francophiles à travers les Amériques. On a l’impression parce qu’on est obligé nous ici de se battre beaucoup pour la langue française qu’on est les seuls survivants de cette langue, mais on se rend compte qu’il y a beaucoup de francophiles et de francophones à travers les Amériques, ce qui fait que dans ce temps-là, je trouve que ça renforce l’union fait la force. On se sent plus fort de dire oui j’existe et je vais faire de la musique en français.»

Créer en français

S’il lui arrive de se tourner vers l’anglais, il reste qu’elle considère que créer de la musique en français est essentiel.

«C’est ma langue maternelle, mes racines et mon mode d’expression et c’est une langue en musique qui a aussi sa propre poésie. Pour moi, c’est très important parce que ça fait partie de moi et de mon peuple, donc de faire perdurer cette langue, c’est primordial parce que je rêve et j’espère à tout prix que la langue va exister pendant des siècles.»

Poussée par cet élan poétique, Isabelle Cyr participe aussi à l’événement La notche de la poesia 2021 qui se déroulera au Mexique (Délégation générale du Québec à Mexico) et sur le web, les 18 et 19 mars. Pour cette manifestation, elle a choisi d’offrir un slam. Ce sera une première pour l’artiste.

«Faire l’exercice de faire un slam a été un pur bonheur.»

L’invitation est venue une fois de plus du Centre de la francophonie des Amériques qui parraine quatre artistes, dont Isabelle Cyr et le poète David Gaudreault.

Rappelons que la musicienne acadienne est aussi en lice pour le prix Export Acadie au Gala Trille Or.