Un conte pour aider les enfants à vivre plus heureux

Il n’est pas toujours facile de parler de ses émotions, estime la psychologue Julie Arseneault, de Petit-Rocher, qui a publié un conte illustré afin de guider les enfants à mieux comprendre ce qu’ils vivent et ainsi diminuer leur anxiété.

Le pouvoir des clés qui comprend un livre et un CD raconte l’histoire d’un jeune serpent Arc-en-ciel qui est triste parce que les gens ont peur de lui. Il développe ainsi des pensées sombres jusqu’au jour où il fait la rencontre du Grand Séquoia qui l’aidera à traverser ses difficultés en lui fournissant quelques clés pour s’en sortir. Avec ses deux amis, le petit serpent vivra une profonde transformation le menant vers une plus grande estime de soi.

Psychologue scolaire depuis 30 ans, Julie Arseneault qui œuvre dans différentes écoles du nord-est de la province constate que la créativité peut aider les enfants, les parents et les enseignants à comprendre que le bien-être personnel se travaille de l’intérieur. Elle utilise d’ailleurs ces outils régulièrement autant dans sa pratique de psychologue qu’à la maison avec ses enfants.

«À travers ce conte-là, j’ai utilisé les outils, le matériel, les approches que j’utilise avec les enfants et les parents. Je les ai placés dans le livre à travers une histoire imagée pour que ce soit facile et intéressant pour les enfants à comprendre.»

Julie Arseneault précise qu’il s’agit d’un livre qui traite de problèmes beaucoup plus larges que l’anxiété. Dans ses consultations avec les enfants, il est souvent question d’anxiété, mais ils vivent aussi de la peur, du stress, de la tristesse, du rejet; des émotions tout à fait normales qui font partie de la vie, note la psychologue. Elle constate que la souffrance est probablement encore plus présente chez les jeunes aujourd’hui.

«Je vous dirais que cette souffrance-là est universelle et que cette souffrance peut être encore plus présente dans notre nouvelle génération qui est prise en otage par la technologie.»

Reconnaître ses émotions

Son livre est en quelque sorte un guide pour les parents, les grands-parents, les enseignants et les conseillers qui veulent accompagner leurs enfants dans leur cheminement. L’auteure utilise des métaphores pour discuter des émotions, telles que le thermomètre des couleurs qui permet de mieux reconnaître celles-ci.

«L’une des clés, c’est qu’on peut aider les enfants à les accompagner pour qu’ils puissent parler de leurs émotions. Cette approche-là est très importante. C’est tellement important pour les enfants de pouvoir nommer leurs émotions, de pouvoir dire comment ils se sentent. C’est fondamental pour qu’un enfant se sente bien. C’est une des clés dans le livre.»

D’après celle-ci, les jeunes lecteurs qui vivent une différence peuvent s’identifier au serpent. À son avis, le conte permet de susciter des discussions avec les proches.

Julie Arseneault a commencé à travailler à ce projet bien avant la pandémie. Si elle a constaté que le niveau d’anxiété a augmenté pendant la crise sanitaire, surtout chez les jeunes plus fragilisés, elle considère que les enfants sont très résilients et ont beaucoup de courage. Cet ouvrage qui fournit des outils pour différentes situations va au-delà de la crise sanitaire, précise l’auteure.

En plus d’avoir écrit et illustré le conte, Julie Arseneault a produit un CD afin de rejoindre un plus grand nombre d’enfants, notamment ceux qui éprouvent des difficultés de lecture. Sur le disque, les voix des personnages du serpent et de la biche Brune Beauté sont interprétées par deux élèves de l’école de Roberville, Cassandra Doucet et Milène Lavoie, tandis que la tortue Belle carapace est jouée par l’enseignante Ginette Landry. Rodrigue Comeau, qui est grand-père, fait la voix du Grand Séquoia et la narration est assurée par l’auteure.

Julie Arseneault a publié ce livre d’une soixantaine de pages à compte d’auteur. Elle y a travaillé pendant plus de quatre ans. Comme quoi il ne faut jamais abandonner un rêve, ajoute celle qui fait paraître ainsi son deuxième livre.