Le lancement d’une première anthologie visuelle et sonore des poètes du Grand Moncton a donné le coup d’envoi au 22e Festival littéraire Frye.

Quelques dizaines de personnes ont assisté, vendredi, à la cérémonie d’ouverture du Festival Frye au Centre des arts et de la culture de Dieppe qui a été aussi diffusée en ligne. Les poètes officiels de la ville de Moncton, Jean-Philippe Raîche et Kayla Geitzler, qui tiennent le rôle de poètes flyés pour les dix jours du festival, ont présenté leurs poèmes d’ouverture, accompagnés en musique par Denis Surette et Sébastien Michaud. Ils ont lancé le projet d’anthologie Poésie-Moncton-Poetry.

«Qu’est-ce qui fait qu’on aime Moncton? C’est que Moncton, comme disait Gérald Leblanc, est une ville de mots, c’est une ville de poètes donc le projet Poésie-Moncton-Poetry c’est exactement ça, rassembler toutes les voix des poètes qui ont vécu ou qui vivent à Moncton dans une anthologie un «work in progress» qui prendra des années et des années et des années», a expliqué Jean-Philippe Raîche.

Contrairement aux anthologies papier, celle-ci n’est pas figée, elle pourra continuer à se développer au fil des années. Pour ce premier volet, 12 poètes francophones et anglophones de Moncton, Dieppe, Riverview et des quatre communautés mi’kmaq avoisinantes ont été choisis. Chaque semaine, un nouveau vidéo-poème d’environ deux minutes sera dévoilé sur le site web du projet. Le vidéaste et photographe Louis-Philippe Chiasson a enregistré les voix des poètes et filmé des images dans la grande région de Moncton en plus de signer la musique. Ce sont en quelque sorte des courts métrages.

«Il y a des poèmes qui sont inédits et des poèmes qui sont déjà publiés. Cette année par exemple, Dyane Léger, France Daigle, Raymond Guy LeBlanc ont tous des poèmes inédits. Louis-Philippe Chiasson a filmé des endroits de Moncton.»

Dans certains cas comme pour les poètes décédés, les textes sont lus par des comédiens. Pour lancer ce vaste projet d’anthologie, ils ont choisi le vidéo-poème Two Worlds de l’écrivain mi’kmaq Brian Francis, de Riverview. Les poètes espèrent ainsi envoyer un message puissant et rassembleur. Dans son texte, le poète parle du rapport à l’autre et d’une terre de paix.

«Les Premières nations ont été particulièrement éprouvées au cours de la dernière année. L’injustice et parfois même le mépris ont été portés à des niveaux insoutenables. Je crois que face à l’injustice, la poésie est une arme, une arme pacifique, mais une arme implacable et la poésie c’est comme un cri. Ça soulage, ça alerte les autres et ça éloigne le danger et il n’y a rien de plus humain qu’un autre humain qui crie donc la poésie c’est aussi comme un chant, ça rassemble les gens», a exprimé Jean-Philippe Raîche.

«Dans ce contexte-là, il nous semblait bon de commencer par Brian Francis pour envoyer un message puissant pour inviter les gens à s’entendre, à reconnaître leur différence, mais à reconnaître aussi leur ressemblance, à marcher quelques milles dans les souliers de l’autre parce que la question qui se pose maintenant dans toute la question de la réconciliation, c’est comment vivre après les séquelles de l’histoire qui perdurent et comment faire société.»

En effectuant la sélection des poètes, les responsables du projet ont cherché à avoir une diversité et un nombre égal de femmes et d’hommes. Selon Kayla Geitzler, ce projet permet de reconnaître l’ensemble du talent et les voix uniques de la région. Le prochain vidéo-poème qui sera diffusé le 23 avril sera celui de France Daigle.

Le consul de France, Johan Schitterer, et Suzanne Cyr, qui a reçu l’insigne de Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la France. – Acadie Nouvelle: Sylvie Mousseau

Hommage à Suzanne Cyr

L’équipe du Festival Frye a pris un moment pour honorer le travail de leur ancienne présidente et vice-présidente Suzanne Cyr. Celle-ci a été nommée au grade de Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la France. Le consul général de France dans les Provinces atlantiques, Johan Schitterer, lui a remis le prestigieux insigne lors de l’ouverture du Festival. Pendant 18 ans, Suzanne Cyr a contribué à l’organisation du Festival littéraire en réussissant, entre autres, à inviter des écrivains de renom. Visiblement très émue, l’ancienne présidente a reçu cette distinction avec beaucoup de gratitude et d’humilité.

«Cet honneur, je le partage avec tous ceux qui ont cru à ce rêve un peu fou de créer un festival littéraire bilingue à Moncton… longue vie au festival!», a-t-elle déclaré devant la petite foule.

Le Festival Frye qui se poursuit jusqu’au 25 avril accueille plus de 50 auteurs du Canada et d’ailleurs, dont le célèbre écrivain franco-libanais Amin Maalouf. Les écrivains participeront à plus de 30 activités virtuelles. Même si le Festival se déroule principalement en ligne, en raison de la pandémie, quelques activités sont présentées en salle ou préenregistrées afin d’être diffusées devant un public au Centre des arts et de la culture de Dieppe. Le festival c’est aussi plusieurs activités jeunesse, dont 75 visites virtuelles d’auteurs dans les écoles.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle