L’univers d’Édith Butler vu par Lisa LeBlanc

«J’ai tout le temps voulu entendre Édith Butler avec mon band», lance Lisa LeBlanc qui rêvait de réaliser un album de cette pionnière et ambassadrice de la culture acadienne. Ces deux étoiles de la scène, qui chacune à leur façon ont brisé des barrières, ont développé une belle amitié au fil des années.

Édith Butler estime que Lisa LeBlanc a donné un véritable coup de jeunesse à sa musique. «Je pense que c’est un tournant dans ma vie», a exprimé celle qui vient de dévoiler un premier extrait (La 20) de son 28e album à paraître à l’automne. La chanteuse qui fait de la scène depuis près de 60 ans déborde d’enthousiasme à l’égard de ce nouveau projet réalisé par celle qu’elle appelle affectueusement sa «fille musicale».

«C’est un génie de la musique Lisa. En plus, c’est une jeunesse. Ç’a rajeuni toute ma vie et elle est tellement pleine de vie et de force. Elle est drôle, agréable. On a envie de travailler avec des gens comme ça», a-t-elle affirmé avec entrain au cours d’un entretien téléphonique depuis sa résidence dans les Cantons de l’Est au Québec.

Lisa LeBlanc et Édith Butler se sont rencontrées dans un cercle d’auteur-compositeur à la FrancoFête en Acadie. À cette époque, l’Acadienne de Rosaireville, qui n’avait que 17 ans, était à l’aube de sa carrière musicale qui a pris l’envol que l’on connaît aujourd’hui. Depuis, elles se sont retrouvées à quelques reprises dans des spectacles et des plateaux de télévision. Elles ont toujours gardé contact. Leurs prestations à l’émission de variétés Les échangistes a été un des éléments déclencheurs.

«On avait fait Ti-gars et ç’a été un gros hit et le monde voulait l’album, mais il n’y en avait pas d’album, on avait juste fait ça de façon spontanée… On jase souvent au téléphone et on s’envoie des courriels et à un moment donné, je lui ai dit qu’on devrait faire quelque chose ensemble, mais on ne savait pas quoi.»

Malgré leur différence d’âge, elles sont devenues de grandes amies et elles ont une admiration l’une pour l’autre. Il y a une parenté entre ces deux artistes, pas toujours musicales, mais dans leur manière d’aborder le métier.

«Quand je la regarde aller sur scène, elle est beaucoup plus rock que moi. Mais dans la façon dont elle parle sur scène, elle n’a pas peur de parler son langage. Moi, j’ai jamais eu peur non plus de parler mon langage […]. Elle embarque sur scène, elle raconte ses histoires, elle est drôle et quand elle joue et chante, c’est plein de dynamisme. Elle a un charisme fou», mentionne la fille de Paquetville qui n’a pas hésité à embarquer dans cette aventure artistique.

Lisa LeBlanc confie qu’elle a pris son courage à deux mains afin de présenter son projet à son amie.

«J’aime juste beaucoup Édith et je voulais juste la mettre en valeur d’une façon que moi je la voyais et finalement, elle a été game et elle a dit oui.»

L’album a été enregistré avant la pandémie en partie dans le salon d’Édith Butler et dans le studio de Lisa LeBlanc et Benoit Morier à Moncton avec leurs musiciens. Le disque d’une dizaine de titres entrecoupés d’interludes musicaux et vocaux est constitué d’un mélange de reprises, d’anciennes chansons et d’une nouvelle composition.

«Il y avait plein de tounes que je trouvais qui étaient vraiment bonnes et qui avaient peut-être été oubliées. Elle a tellement fait d’albums», a expliqué la réalisatrice.

Deux générations qui se rencontrent

Le premier extrait La 20, une chanson qui date de 1995, donne le ton à l’album qui aura une couleur country-folk-rock. «La première 20, le char n’allait pas trop vite. Mais là cette 20 ci, vue par Lisa, le char y rentre!», fait remarquer Édith Butler.

D’après elle, ce nouvel album correspond vraiment à la vision de Lisa LeBlanc qui prête aussi sa voix à quelques pièces.

«Il y avait quelque chose de tellement spécial de rejoindre ces deux générations. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire et on l’a fait d’une façon qui a été dans le plaisir tout le temps. Je voulais qu’elle soit heureuse avec tout et qu’elle se sente comme si ça valait la peine», a commenté la réalisatrice.

Le dernier album d’Édith Butler, Le retour, remonte à 2013. Celle qui est loin d’avoir dit son dernier mot entend continuer de chanter et de raconter tant qu’elle aura la voix pour le faire. Si elle a eu envie de produire ce disque avec son amie, c’est surtout dans un désir de créer ensemble.

«Je ne fais pas ça pour l’argent, pour dire que ça va être un hit, qu’on va travailler ça pour la radio. On est là parce qu’on est des artistes puis on a envie de travailler ensemble et de faire une œuvre musicale ensemble.»

Une fois la pandémie terminée, elle envisage de remonter sur scène pour présenter des spectacles. Appuyée par l’agence Spectra musique au Québec, la sortie de l’album est prévue à la fin de l’automne.

Pour sa part, Lisa LeBlanc travaille à la création d’un nouvel album en français qu’elle espère présenter dans une année.