Robin-Joël Cool dans le prochain film de Rafaël Ouellet

Entre le personnage de Carl Sagan au théâtre et celui d’un voyou dans l’univers des braconniers du prochain film de Rafaël Ouellet, Robin-Joël Cool évolue dans plusieurs sphères du monde artistique. Cinéma, théâtre et musique figurent à son agenda.

Le comédien de Tracadie qui collabore depuis longtemps avec Rafaël Ouellet se réjouit de reprendre le travail avec son ami et collègue de longue date, pour le tournage de son nouveau long métrage, Arsenault et fils, dont l’histoire se déroule à Dégelis à la frontière du Nouveau-Brunswick. Avec Viviane Audet et Alexis Martin, Robin-Joël Cool a signé la musique de plusieurs films du cinéaste natif de Dégelis. Il a joué aussi dans son long métrage Camion.

Le film Arsenault et fils qui comprend une brillante distribution avec, entre autres, Micheline Lanctôt, Luc Picard, Karine Vanasse, Julien Poulin et Guillaume Cyr, mettra en vedette aussi des acteurs de l’Acadie. L’humoriste Coco Belliveau et le musicien Joseph Edgar y feront des apparitions. En plus de signer la musique avec Viviane Audet et Alexis Martin, Robin-Joël Cool joue le rôle de Jason Fraser, le meilleur ami du personnage principal incarné par Pierre-Paul Alain. Le tournage qui se déroule dans la région de Dégelis et de Montréal a débuté au mois de mai. Arsenault et fils raconte l’histoire d’une bande de braconniers.

«C’est une histoire entre deux frères. C’est le retour d’un des frères qui est un peu un chien fou qui va ébranler cette famille-là. Je suis l’ami de ce gars-là.»

Jason Fraser vit en appartement avec une bande de voyous et de voleurs, dont un personnage joué par Coco Belliveau.

«On est une espèce de quatuor étrange d’amis qui font des coups, qui volent toutes sortes d’affaires. On a tous nos accents et pour lui (le réalisateur), c’était important d’avoir le vrai monde et Dégelis, c’est ça, c’est un croisement du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine. Il a eu une belle sensibilité face à ça et ce sont de beaux personnages.»

Thriller dramatique teinté d’une petite dose d’humour, le suspense est plus grand que dans le film Camion, a fait savoir le comédien. Ce sont des gens qui vivent un peu en marge de la société.

«Il y a un volet aussi un peu western dans son film. Par exemple, mon personnage porte toujours son grand duster de cow-boy, mais il ne connaît rien aux chevaux. Il a vraiment une approche particulière pour ce film, un peu des années 1970. Pour la musique, on joue avec une harpiste qui joue avec les Barr Brothers qui va faire partie de la trame sonore.»

Robin-Joël Cool reprendra la route dans quelques jours afin d’aller tourner à Dégelis. Il souligne la grande convivialité qui s’est développée au sein de l’équipe. Ce sont tous des acteurs au talent extraordinaire extrêmement généreux, assure-t-il.

«Je sens qu’on est tous sur le même niveau quand on travaille. Vu qu’on se connaît, il y a une convivialité, on est tous ensemble. Ils sont généreux et ils veulent que ça soit bon.»

Pour l’acteur acadien, il s’agit d’un rôle important au cinéma. Il ajoute que le réalisateur lui a fait confiance dans la proposition qu’il a développée pour ce personnage.

Une première devant David St-Jacques

Le comédien acadien remonte sur les planches cette semaine dans le cadre du Festival TransAmériques à Montréal. Il incarne l’astrophysicien américain Carl Sagan dans la pièce Dans le nuage présentée au Théâtre d’aujourd’hui. Cette œuvre de la compagnie La Messe Basse qu’il qualifie de vertigineuse, mise en scène par Laurence Dauphinais et Maxime Carbonneau, relate l’histoire du disque d’or envoyé dans l’espace dans les sondes spatiales Voyager en 1977, un peu comme des bouteilles à la mer. Ce disque des sons de la terre qui comprend notamment des images et de la musique se veut un peu comme un fragment de l’humanité, souligne le comédien. L’astrophysicien faisait partie du comité ayant préparé cette mission.

«C’était un grand vulgarisateur scientifique à l’époque. Dans la pièce, on relate cette histoire-là. C’est un travail phénoménal de recherche parce que c’est rare que les artistes s’attaquent à des domaines scientifiques.»

Lors de la première, l’astronaute David St-Jacques était dans la salle pour assister au spectacle. Robin Joël Cool raconte qu’ils ont pu discuter avec lui après la représentation.

Des musiques pour Passe-Partout

Deux chansons composées par Robin Joël Cool et Viviane Audet, sur des paroles de Nicole Gendron et Suzanne Gagnon, ont été choisies pour la nouvelle mouture de l’émission jeunesse Passe-Partout. L’artiste mentionne que 1500 chansons ont été soumises lors d’un appel d’offres lancé par le Conseil des arts et des lettres du Québec. L’équipe a sélectionné une quinzaine de pièces, dont deux de l’ensemble acadien.

«On est les seuls à avoir deux chansons. Moi j’ai grandi avec Passe-Partout. C’est ma génération. Maintenant avec mes enfants, je trouve ça formidable.»

En plus d’être diffusées lors de la nouvelle saison de Passe-Partout, les propositions musicales choisies seront enregistrées sur un album produit par Télé-Québec. On retrouve aussi notamment des musiques de Catherine Major, des Soeurs Boulay et d’Ingrid St-Pierre.