Un grand musée sur l’histoire de l’Acadie aménagé comme un village pourrait voir le jour dans la région de La Rochelle dans le sud-ouest de la France. Comme prélude à ce projet ambitieux, l’Association des Maritimes Acadie Charentes (AMAC) prépare une exposition itinérante.

Fondée il y a quelques années, l’AMAC a développé des liens avec l’Acadie et le Canada. Les membres de l’association ont traversé l’Atlantique à quelques reprises pour visiter les Provinces maritimes, notamment lors du Congrès mondial acadien en 2019.

«Il n’y a pas d’Acadiens dans notre association, mais ce sont tous des gens amoureux du Canada et de l’Acadie parce qu’ils sont déjà allés», a déclaré en entrevue le président de l’AMAC, Roland Blanc.

Le groupe est basé à Royan (près de La Rochelle), village natal de l’explorateur Pierre Dugua de Mons qui, en 1604, s’est rendu jusqu’à l’île Sainte-Croix pour y établir la première colonie acadienne. Il était alors accompagné de Samuel de Champlain, dont le village natal de Brouage est situé à une trentaine de kilomètres de Royan.

«Dans notre région qui s’appelle la Charente-Maritime, on a constaté qu’il n’y avait pas grand-chose consacré aux Acadiens et aux fondateurs de l’Acadie. On s’est dit qu’il faudrait créer quelque chose qui rappelle l’Acadie et qui rappelle les créateurs dans notre région à nous. On s’est mis à concocter ce projet qu’on appelle Espace Acadien. On veut le faire sous forme d’un village un peu comme à Caraquet, toute proportion gardée.»

Ils ont imaginé un projet assez ambitieux qui relatera l’histoire de l’Acadie de 1600 jusqu’à nos jours. Selon Roland Blanc, il est prévu que le tout soit divisé en plusieurs thèmes et étapes répartis dans divers pavillons. Ils veulent également inclure un volet sur les Premières nations et leurs liens avec les Acadiens. Parmi les thèmes envisagés dans l’ébauche figurent la fondation, l’expansion, l’installation et la vie quotidienne, les relations entre les Anglais et les Français, les conflits, la Déportation et la dispersion, pour terminer avec l’évolution de l’Acadie.

Roland Blanc estime que le projet de l’Espace Acadien pourrait coûter environ 500 000€ (730 000$), rappelant qu’il y a des bâtiments à construire. Ils sont à la recherche d’un terrain de 3500 à 4000 mètres carrés dans la région de Royan ou de Brouage. Deux architectes du Canada et de la France seraient déjà prêts à collaborer au projet, aux dires de M. Blanc.

Jusqu’à maintenant, ils ont rencontré plusieurs élus de la France et l’ambassadrice du Canada en France. Comme préambule au musée, l’association prépare une exposition sur l’histoire de l’Acadie qui voyagera dans divers endroits de la région à compter de 2022. L’exposition qui vise à faire connaître l’Acadie et le projet de l’Espace Acadien sera destinée aux établissements scolaires et au grand public.

«On s’est rendu compte que globalement, la population française ne sait pas trop ce que c’est l’Acadie. Ça nous permettra aussi de nous faire connaître et quand on demandera de l’argent à des instances françaises, on sera mieux reçu.»

Étant une association sans subvention ni aide publique ou privée, leur budget ne leur permet pas d’engager des dépenses pour concrétiser l’exposition. Ils ont donc mis en ligne une campagne de sociofinancement pour récolter les fonds nécessaires, soit environ 2000€.

Les responsables de l’AMAC visent 2027 pour compléter le musée de l’Espace Acadien, afin d’être prêt pour 2028, année du 400e anniversaire de la mort de Pierre Dugua de Mons.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle