Après avoir visité quatre villes de la province depuis le 7 juin, l’équipe du Festival Inspire débarque à Moncton où deux nouvelles murales seront réalisées d’ici à samedi. À ces créations inédites se greffent plusieurs spectacles et activités en plein air.

Depuis le début de la tournée, dix murales ont été créées à Campbellton, Tracadie, Miramichi et Saint-Jean. Pour cette 5e semaine, l’équipe s’installe à Moncton, là où le festival est né. L’artiste néo-brunswickoise établie près de Vancouver, Jean Bradbury, a entamé le travail dès lundi matin. Son immense fresque qu’elle peint sur un mur de la propriété de l’Hôtel Canvas au centre-ville de Moncton sera colorée. Elle explique que l’œuvre illustrera les marées de la Rivière Petitcodiac et son environnement. Une deuxième murale réalisée par Mique Michelle sera créée sur la façade d’un bâtiment de la rue Albert près du refuge pour sans-abri de la Maison Nazareth. Cette muraliste des Premières nations qui vit à Sudbury a suivi la tournée depuis le début. Elle réalise plusieurs murales dans le cadre du Festival Inspire.

«Sur chacune des murales, elle a vraiment une belle approche. Elle met toujours à l’avant des symboles autochtones. Chaque fois qu’elle arrive dans une ville, elle essaie de rencontrer des représentants autochtones et des personnes un peu hors du commun. Comme à Miramichi, elle a rencontré une chef cuisinière autochtone pour discuter des éléments de la nature», a expliqué le coorganisateur du festival, Guillaume Lebreton.

Celui-ci est satisfait du déroulement de la tournée jusqu’à maintenant même si la météo n’a pas toujours été de leur côté. Il a beaucoup plu, ce qui les a parfois obligés à déplacer des activités à l’intérieur, leur donnant ainsi un peu moins de visibilité.

L’organisateur souligne qu’il y a un réel engouement pour les murales dans toutes les villes où ils sont passés.

«Les murales c’est vraiment un succès partout. Beaucoup de gens veulent qu’on revienne. D’autres villes nous ont depuis appelés. On en est à se demander si on repart en tournée l’an prochain et il y a une chance que ça arrive.»

Plusieurs œuvres portent des messages environnementalistes, note Guillaume Lebreton. Les muralistes viennent de différentes régions du Canada. Petit-Rocher accueillera notamment l’artiste français SbuOne qui réside à Montréal, tandis que le collectif Trackside d’Halifax créera une œuvre à Shippagan. Environ 18 murales seront réalisées d’ici la fin de ce festival.

«On en fait deux dans toutes les villes. Ça arrive qu’une fois sur place quelqu’un nous propose quelque chose et on se retrouve à en faire une ou deux de plus.»

Musique, humour et art du cirque

Une série de spectacles, d’ateliers et d’activités qui mettent en valeur des artistes locaux est aussi organisée. Le quintette à vent Ventus Machina qui a déjà donné des concerts à Saint-Jean et Miramichi lancera les festivités, mardi soir, au Parc Riverain à Moncton. La hautboïste Christie Goodwin explique qu’il n’y a pas vraiment de thématique au concert.

«On fait du jazz, du classique, c’est un mélange de styles et c’est un programme léger», a-t-elle indiqué.

Des concerts acoustiques de Danika Doucet, Freya Milliken et André Saulnier sont présentés le mercredi en soirée. La Disco Bike ride est de retour cette année et prendra son départ jeudi à la murale de Canvas pour terminer sa course au Holy Whale Café à Riverview pour une soirée cinéma.

Un marché d’art, des installations artistiques diverses et plusieurs concerts seront offerts au Parc Riverain vendredi soir qui se clôturera avec un spectacle de feu par la compagnie Geomatrix. Guillaume Lebreton précise qu’un espace clôturé avec des tables sera aménagé au Parc Riverain afin d’accueillir un nombre limité de personnes. Si les gens sortent de cette zone, ils pourront quand même voir le spectacle comme s’ils étaient dans un espace public.

Un atelier de cirque au Parc Riverain et un spectacle de stand-up de Line Woods et Nathan Dimitroff au Old Triangle clôtureront les festivités samedi. Le Festival Inspire reprendra la route dimanche vers Petit-Rocher et Shippagan pour ensuite se terminer à Shediac.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle