Plus de 30 slameurs du Canada et d’ailleurs se donnent rendez-vous à Moncton, du 1er au 16 octobre, afin de célébrer la passion des mots. Pour ce cinquième Festival international de slam/poésie en Acadie (FISPA), les organisateurs proposent des retrouvailles avec le public en offrant des activités en plein air, en salle et sur la toile.

Huit mois après avoir tenu une version virtuelle de son festival de slam (édition intercalaire), le Conseil provincial des sociétés culturelles était de retour, mardi, afin de dévoiler les grandes lignes de la programmation du 5e FISPA alliant activités en personne et sur le web.

Des slameurs de plusieurs régions du Canada dont les poètes du collectif Slam’Acadie, ainsi que des artistes de la Belgique, de la France, du Mali, du Burkina Faso et de la Guadeloupe seront au rendez-vous. Parmi eux, le slameur français Tiko, champion mondial de human beatbox, et Laurence Landry alias la Crieuse de Brest seront en résidence au festival pendant tout le mois d’octobre.

Les organisateurs ont invité aussi des personnalités et des artistes ayant marqué le festival depuis cinq ans. Ils pourront donc compter sur la présence notamment du journaliste Yvan Amar. Cet amoureux des mots qui se réjouit de revenir au festival est invité comme conférencier. Des slameurs comme Aziz Sitten K du Mali, Lisette Lombé de la Belgique, Amber O’Reilly du Manitoba ainsi que l’Acadien Paul Arseneau, qui est là depuis la toute première édition, figurent à la programmation.

D’autres poètes de l’international pourraient confirmer leur présence au cours des prochaines semaines.

La directrice générale du Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC), Marie-Thérèse Landry, a contacté les ambassades pour qu’elles fassent pression auprès d’Immigration Canada afin que les artistes puissent obtenir leur visa d’entrée au pays.

«Avec leur présence, nous on grandit», a exprimé Mme Landry, admettant qu’organiser un festival international en ces temps incertains constitue un exercice plutôt téméraire.

«Il y a 30 artistes qui vont être présents, mais qui vont aussi être en ligne parce qu’on a trouvé que la formule des entrevues dans l’édition intercalaire était une formule gagnante. Cela nous permet de les connaître autrement que par les slams.»

Trois criées au menu

Parmi les événements prévus au menu de l’événement, le parcours urbain de slam, Macadam slam, qui comprendra trois criées dans des lieux stratégiques de la ville, notamment sur la rue Main et près du bureau de poste de la rue St-George.

«Ça va être une façon d’attirer l’attention des passants. Par la suite, elle (La Crieuse de Brest) a monté un spectacle de rue et des nocturnes. On met beaucoup l’accent sur les activités extérieures cette année.»

Mme Landry précise qu’ils ne pourront pas tenir leurs traditionnelles prestations de slam dans les autobus de la ville en raison de la situation sanitaire. Ils ont donc cherché des moyens de rendre le slam présent dans l’espace public en organisant des activités extérieures.

Les joutes de slam auront lieu au Centre des arts et de la culture de Dieppe (CACD), là où Sébastien Belzile avait présenté une première manifestation de slam en 2011. Elles seront aussi diffusées en ligne. Des événements se tiendront également à l’Université de Moncton et dans la salle communautaire de la Place de la cathédrale.

Le FISPA propose une série d’ateliers portant, entre autres, sur l’écriture, la présence scénique, la caravane des dix mots de la langue française et la reliure artisanale. Le programme scolaire me, slam, trame du FISPA atteindra les côtes de la Nouvelle-Écosse et de la Gaspésie cette année. En cinq ans, le FISPA a évolué, note Marie-Thérèse Landry.

«Il a évolué en terme de nombre d’activités et en longueur. Avec le programme scolaire, il s’étend en fait sur toute l’année, mais en l’intégrant au festival, ça permet de venir chercher dans la programmation des artistes pour leur spécificité et leur grande capacité d’animer des ateliers auprès des jeunes.»

Premier Festival de slam/poésie francophone en Amérique, l’événement comprend également une journée de réflexion sur les thèmes reliés à l’interculturalité en abordant des enjeux de l’actualité.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle