Une centaine d’artistes descendront dans les rues de Shediac. Musique, art du cirque, peinture, humour et contes feront vibrer la ville côtière du 16 au 19 septembre avec le nouveau Festival Hom’Art.

Cette nouvelle manifestation artistique se veut une suite et une variation du Festival du homard qui existe depuis plus de 70 ans, a fait savoir le président des deux festivals, Pascal Haché.

«Ce sont différents aspects des arts qu’on n’a pas toujours la chance de voir. Les artistes ont été beaucoup touchés par la pandémie et on voulait trouver une manière de les aider. On s’est dit que la meilleure option est de faire un genre de festival 2.0 pour la fin de l’été», a-t-il expliqué.

Une centaine d’artistes en musique, en arts visuels, en arts du cirque et en humour participeront à ce nouveau festival qui vient en quelque sorte prolonger la saison touristique. Les activités se dérouleront dans divers lieux de la ville, notamment près du parc Pascal-Poirier, sur le site de la sculpture du gros homard, dans le stationnement de la Coop et à l’Hôtel Shediac.

Vendredi et samedi, des soirées musicales mettant en vedette des groupes comme Big Bad Party Band et Old school et Tina Gautreau seront présentées sur le balcon de l’Hôtel Shediac. La rue en face de l’hôtel sera fermée à la circulation afin d’accueillir les spectateurs et ainsi se transformer en immense piste de danse. D’autres musiciens présenteront des concerts ailleurs dans la ville pendant les trois jours de l’événement.

En blues et en jazz, le public pourra entendre notamment Les Improbables et le trio Carte blanche qui seront sur la scène de la Place centre-ville dimanche.

Un spectacle d’humour présenté par les comédiens de l’Entrepôt du rire donnera le coup d’envoi au festival, le 16 septembre au Club Boishébert.

Plusieurs activités familiales et communautaires sont prévues. Le programme comprend, entre autres, une compétition de «speed painting», une pleine journée d’animation avec des amuseurs publics, des cracheurs de feu, des acrobates, des clowns et des musiciens ambulants ainsi que de la peinture en direct et des œuvres d’art à la craie.

Les organisateurs tenaient à étendre les activités à l’ensemble de la ville, contrairement au Festival du homard qui se déroule essentiellement autour de l’aréna.

«J’ai grandi à Shediac et je me rappelle que c’est toute la ville qui vibrait au son du festival et de notre côté, on veut un peu ramener ça et quand les gens vont se promener sur la rue Main, ils vont voir quelque chose qui se passe partout dans la ville et en-dehors des saisons typiques du tourisme», a mentionné Pascal Haché.

Face à la flambée de cas de COVID-19 dans le sud-est de la province, l’équipe du Festival Hom’Art encourage les festivaliers à porter un couvre-visage même à l’extérieur lorsque la distanciation ne sera pas possible et à se désinfecter les mains. Pascal Haché souligne qu’ils suivront l’évolution des consignes de la Santé publique.

«Maintenant il y a un peu moins de directives de la province, mais de notre côté, on veut s’assurer que les gens soient confortables et puissent en profiter. On encourage les gens à porter leur masque et à se désinfecter les mains», a-t-il ajouté.

En fin de semaine dernière, un concert extérieur au Centre avenir à Moncton a été annulé en raison de la hausse des cas de COVID-19 dans la région.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle