Après 22 ans, Patsy Gallant réalise enfin l’album dont elle a toujours rêvé. Un disque éclectique qui sera entièrement produit, écrit et composé par celle que l’on surnomme la reine du disco.

«Ça fait 22 ans que j’essaie de faire cet album-là. Il va sortir au printemps. Attachez vos tuques! Je travaille avec un gars qui s’appelle Sébastien Fournier. J’ai trouvé mon âme sœur. C’est un pianiste extraordinaire. On passe des heures à trouver des sons en studio», a déclaré Patsy Gallant au cours d’un entretien téléphonique depuis Montréal.

Certaines chansons ont été composées il y a plusieurs années. Ce sera une œuvre qui emprunte divers courants musicaux parce qu’elle n’a plus envie de s’imposer de barrières.

«Je suis en état de grâce en ce moment. Je fais enfin ces chansons-là que je veux faire depuis 22 ans. C’est vraiment l’histoire de ma vie et ça va être un album qui est éclectique.»

«J’ai des choses à dire, je suis pas juste Sugar Daddy et Disco Queen. J’ai écrit sur Manhattan, sur la condition de la femme. Je continue et je suis en train de travailler sur une nouvelle chanson qui s’appelle Tu me tues, c’est un tango.»

En 2018, elle avait mis sur pied une campagne de sociofinancement pour produire ce disque qui n’a pas été très fructueuse. Elle a récolté tout au plus 3000$ qu’elle a remis aux donateurs. Elle finance donc elle-même cette production par le biais de sa propre compagnie de disques.

«On m’a tout pris dans ma vie, j’ai fait 35 albums, j’ai dit je ne donne plus de publishing, je ne donne plus mes paroles, je ne donne plus rien. C’est à moi, “it’s my baby and nobody’s gonna touch it anymore”», affirme la chanteuse au franc-parler légendaire.

Après Mon bel indifférent/Around the world sorti à la fin de l’été, une deuxième chanson en français paraîtra à la mi-octobre. Écrite il y a 20 ans alors qu’elle jouait dans Starmania à Paris, Overdose de solitude a été inspirée par le départ de son fils.

«Mon fils est allé vivre chez son père pendant un an en Californie. J’ai capoté parce que je n’avais jamais été séparée de Jason puis j’ai écrit j’ai un overdose de solitude.»

Son nouvel album rassemblera des pièces en français et en anglais. «J’écris pas mal en anglais, mais là j’ai commencé à écrire en français. J’avais peur un peu parce que la langue française est tellement belle et je ne veux pas la gâcher. Je me suis aperçue que c’est juste une question de confiance.»

Souvenirs d’Acadie

Même si elle était très jeune quand elle a quitté le Nouveau-Brunswick, ses souvenirs d’enfance à Campbellton sont demeurés intacts. «Je me souviens de tout», assure la chanteuse. Elle a tellement hâte de revenir dans sa province natale pour retrouver le public. Il y a longtemps qu’elle n’a pas donné de concert au Nouveau-Brunswick. Avec La tournée des idoles, elle était passée tout près de la frontière dans la Vallée de la Matapédia.

«C’a été émotionnel. Quand j’ai vu le pont de Campbellton, j’ai dit à Mario Lirette (animateur), on ne peut pas passer ici sans que je rentre dans Campbellton et que j’aille voir mon ancienne maison et c’est ce que j’ai fait. Il y a une femme qui est sortie et elle s’est mise à pleurer, elle m’a dit j’habite dans votre maison. Ça m’a rappelé des souvenirs incroyables comme lorsque j’allais mettre mes pieds dans l’eau à Tide Head. C’est extraordinaire le Nouveau-Brunswick pis les gens sont tellement sympathiques», a-t-elle raconté.

En publiant sa biographie (Ma vie en technicolor), elle a voulu donner une lueur d’espoir aux gens.

«Je suis encore là, c’est ça qui est extraordinaire. À 73 ans, avoir un tube en Angleterre, à mon âge avec une chanson dance, c’est pas mal inspirant.»

En entrevue, la chanteuse s’exprime avec passion. Après 65 ans de carrière, elle n’a rien perdu de la flamme qui l’habite.

«J’ai toujours le feu sacré, la passion, j’ai toujours hâte de monter sur une scène. C’est incroyable, les gens me donnent beaucoup d’amour et ça me touche tellement. J’ai toujours été accessible et je me trouve très chanceuse de chanter encore, d’avoir ma santé et l’énergie pour le faire.»

Le plus difficile est de porter les talons hauts, confie celle qui souffre de plus en plus d’arthrite, mais elle ne veut pas décevoir son public. «Sur scène je ne m’en aperçois pas.»

En écoutant sa nouvelle chanson Mon bel indifférent/Around the world, on constate que sa voix a conservé son éclat de jeunesse. Quel est son secret?

«Je crois que c’est parce que je n’ai jamais fumé d’une part et je crois que c’est génétique. […] Je ne sais pas si c’est le Nouveau-Brunswick. Je dis dès fois, c’est le thé. J’ai toujours bu du thé», a-t-elle répondu en souriant.

Retour à l’écran

Dix-huit après avoir joué dans le film Yellowknife de Rodrigue Jean, Patsy Gallant fera un retour à l’écran dans la comédie dramatique De Pierre en fille de Julianne Côté. Elle incarne une jeune grand-mère dans cette série aux côtés de Rémy Girard qui joue le rôle de son mari. Le tournage est terminé et la série sera diffusée sur tou.tv à l’hiver 2022. Elle admet qu’elle était un peu nerveuse puisqu’elle n’avait pas joué devant la caméra depuis 18 ans.

«Pour moi, c’est comme une mère avec son fils. J’ai joué le rôle en pensant comme ça. J’ai été accueillie d’une façon extraordinaire. Je suis partie de là avec des étoiles dans les yeux et très fière et très heureuse qu’ils m’aient choisie.»

L’artiste sera aussi de la distribution d’un spécial disco télévisé sur TVA cet hiver.

En concert au Nouveau-Brunswick

Pour ses cinq spectacles dans la province, la chanteuse sera seule sur scène accompagnée de ses bandes sonores. Elle propose un survol de son répertoire en voyageant à travers ses classiques, ses pièces dansantes et d’autres plus intimistes. Elle espère de tout cœur que la situation sanitaire ne viendra pas compromettre sa tournée. Pour l’instant, ses billets d’avion sont achetés et rien n’est annulé.

Elle donnera son premier concert à la Maison de la culture de Shippagan le 9 octobre, puis elle sera à la Caserne de Dieppe, le 23 octobre dans le cadre du Salon du livre de Dieppe, ainsi qu’au studio 65 à Madran du 25 au 27 octobre.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle