De retour en salle, le théâtre l’Escaouette propose six œuvres à sa nouvelle programmation, dont plusieurs de l’Acadie. La pièce Crow Bar de Gabriel Robichaud donnera le coup d’envoi à la saison 2021-2022.

À moins que les règles sanitaires ne changent, les représentations auront bel et bien lieu au théâtre l’Escaouette cette saison. Pour l’équipe du théâtre de Moncton, c’est un retour attendu en salle après plus d’une année loin du public.

«En réalité, on est en mesure avec les règles sanitaires d’aller de l’avant et d’avoir un nombre suffisant de gens dans la salle», a déclaré la directrice artistique et codirectrice générale du théâtre l’Escaouette, Marcia Babineau.

Pour cette nouvelle saison, la directrice artistique a choisi principalement des œuvres écrites par des dramaturges des Maritimes. Une programmation sous le signe de la diversité, note-t-elle.

«On a vraiment misé sur des projets d’ici au Nouveau-Brunswick pour s’assurer que les artistes puissent se déplacer», a indiqué Marcia Babineau.

La nouvelle saison débute le 20 octobre avec la grande première de Crow Bar, une œuvre singulière teintée de réalisme magique qui se déroule dans un village étrange sur le bord de la mer un peu refermé sur lui-même. Cette production qui devait prendre l’affiche au printemps dernier a été remise à l’automne en raison de la pandémie. La distribution rassemble Diane Losier, Tanya Brideau, David Losier et le metteur en scène Matthieu Girard qui remplace Marc Lamontagne, ce dernier s’étant retiré de la production pour des raisons de santé. Marc Lamontagne qui faisait partie de la production depuis les débuts des répétitions et des lectures sera peut-être de retour pour une éventuelle tournée de la pièce.

Cet automne, le théâtre accueillera également Savèches de Jonathan Roy; une production du Théâtre populaire d’Acadie qui met en vedette le poète acadien et Matthieu Girard. Inspirée du recueil Savèches à fragmentation de Jonathan Roy, la pièce sera présentée les 24 et 25 novembre.

«J’ai assisté à son festival de poésie cet été et j’étais assez impressionnée. Il a pris la parole à différentes occasions donc j’ai bien hâte de le retrouver en scène.»

Du Grand Nord à la Nouvelle-Écosse

À l’hiver 2022, ce sera au tour de la pièce Les meilleurs frères de Daniel MacIvor, dramaturge de la Nouvelle-Écosse, à prendre l’affiche. Un texte traduit par Jean-Philippe Raîche dans une production du Théâtre populaire d’Acadie. La compagnie de Moncton qui a développé un attachement pour cet auteur a déjà présenté deux autres œuvres du dramaturge néo-écossais dont Cul-de-sac qui avait été jouée par Ludger Beaulieu.

«Je pense que c’est vraiment quelqu’un qui a réinventé les conventions théâtrales et c’est un auteur de l’Atlantique qui a travaillé partout dans le monde et puis j’aime bien le propos très varié, mais il y a aussi le fait qu’il y a une légèreté dans cette dramaturgie. On change de lieu et d’espace dans le temps de le dire. Les décors sont souvent superflus. Ce sont les éclairages qui déterminent toute l’esthétique de la pièce donc j’aime beaucoup cet auteur.»

La compagnie accueillera aussi Aalaapi, une œuvre du Grand Nord conjuguant documentaire, projections et théâtre où la parole des femmes inuites devient primordiale, a fait savoir la directrice artistique.

«Ce sont des créateurs du Québec, mais qui ont travaillé de très près avec des Inuits. Tout le spectacle est basé sur eux et ce sont des Inuits qui jouent dans le spectacle. Sa facture est très originale. Je n’ai jamais rien vu de cet ordre-là. Il y a un côté très poétique […]. Le cachet du spectacle est à mon avis très nouveau. C’est ça qui m’a vraiment décidé de l’accueillir.»

Le triptyque des pièces d’autofiction des comédiens-auteurs Christian Essiambre, Pierre Guy Blanchard et Luc LeBlanc, originaires du Restigouche, figure aussi à la programmation.

Le théâtre l’Escaouette présentera une nouvelle production en 2022, soit Les remugles ou la danse nuptiale est une langue morte de Caroline Bélisle, une œuvre qui porte sur la solitude et l’isolement.

La compagnie reprendra sa série Les Inédits d’Acadie en offrant trois lectures de jeunes auteurs, dont les textes récents de Xavier Lord-Giroux et de Caroline Bélisle.

Marcia Babineau précise que toutes les consignes sanitaires seront respectées de façon stricte et qu’une preuve vaccinale sera exigée pour entrer au théâtre.

«Nous allons être très stricts parce qu’on n’a pas intérêt à propager la pandémie. Notre raison d’être est de recevoir le public. À partir du moment où c’est impossible pour nous, ça peut être assez décourageant. On a très hâte de commencer la saison», a-t-elle ajouté.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle