Mathieu Léger est couronné du Prix Strathbutler 2021, soit la plus haute distinction en art visuel au Nouveau-Brunswick. L’artiste de Moncton se joint donc à la liste prestigieuse des lauréats depuis 1991 sur laquelle ne figurent que quelques Acadiens.

«C’est un honneur d’être parmi les lauréats et de recevoir ce prix et c’est surprenant à mon âge. Je pense que je suis quand même assez jeune pour le recevoir. C’est vraiment une belle reconnaissance de mes pairs, du jury et de la fondation. Ça me fait plaisir, la liste est quand même impressionnante», a exprimé l’artiste de 46 ans lorsqu’il a été joint par l’Acadie Nouvelle, vendredi.

Ce prix décerné par la Fondation Sheila Hugh Mackay assorti d’une bourse de 25 000$ est décerné par un jury de professionnels indépendant rassemblant cinq chefs de file du milieu des arts visuels francophones et anglophones.

«C’est bien de recevoir aussi une bourse en argent. Comme beaucoup d’artistes, on travaille presque tous comme pigiste et ça fait que les questions de retraite et de fonds de pension, ça n’existe pas trop dans notre monde alors c’est sûr qu’une reconnaissance monétaire, on peut mettre ça de côté si on est smart», a poursuivi l’artiste qui tient à saluer l’ensemble des organismes et la fondation qui ont appuyé sa candidature.

Depuis près de 25 ans, Mathieu Léger a une pratique artistique étoffée et diversifiée qui s’étend de la performance aux arts médiatiques en passant par la photographie, le mix média, la sculpture et l’installation.

«Je dis souvent que je fais tout sauf de la peinture.»

Il a présenté sa première exposition solo en 1997.

Le jury qui a été unanime dans le choix de Mathieu Léger a décrit l’artiste comme un conceptualiste et un minimaliste de renommée internationale, dont les créations et les interactions avec ses publics nombreux et variés invitent les gens à une compréhension plus poussée de l’identité personnelle et collective. On a souligné aussi son leadership et la vaste portée de sa pratique artistique ambulatoire ainsi que sa contribution importante à l’écosystème culturel de la province.

«Faire de l’art pour moi, c’est ouvrir des portes, de découvrir le monde et de se rendre compte que même si on a des problèmes à un niveau individuel, comme avoir une culture distincte, il faut réaliser qu’il y a plusieurs populations sur la planète qui ont exactement les mêmes réflexions ou les mêmes problèmes», a affirmé le lauréat.

Mathieu Léger est devenu le sixième artiste acadien à recevoir cette distinction après Herménégilde Chiasson, Marie-Hélène Allain, André Lapointe, Roméo Savoie et Brigitte Clavette.

«La province est grande et le côté anglophone a beaucoup de joueurs aussi. C’est quand même intéressant de recevoir ce prix d’une fondation qui en principe est du côté anglophone de la province même si le jury est mixte. Au fil des années, j’ai reçu quand même beaucoup d’appui du côté anglophone dans le sens que j’ai travaillé assez régulièrement à Saint-Jean.»

Mathieu Léger rappelle que la fondation a appuyé plusieurs artistes de l’Acadie avec ses autres bourses, dont le prix Marie-Hélène Allain qu’il a d’ailleurs déjà reçu.

L’artiste de Moncton a exposé et réalisé des projets un peu partout au Nouveau-Brunswick, au Canada et dans une douzaine de pays. Il termine actuellement une résidence de création au Centre des arts d’Edmundston où il présente son exposition Vérité terrain. Son projet de résidence se veut une réflexion sur la performance, le dessin et une expérience en musique. En novembre, il entreprendra une résidence d’artiste de six mois à la Faculté d’ingénierie de l’Université de Moncton qui portera sur un projet plutôt sculptural.

En raison de la pandémie, la fondation ne tiendra pas de cérémonie cette année. Le prix Strathbutler vise à honorer des artistes du Nouveau-Brunswick ayant atteint l’excellence personnelle dans une discipline des arts visuels, en plus d’avoir eu une influence marquante sur la vie culturelle de la province.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle