Avec 90 œuvres issues de la Francophonie, dont une trentaine de longs métrages, le 35e Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA), du 11 au 19 novembre, propose des films qui reflètent notamment l’envie de vivre pleinement après une année pandémique difficile.

«Les films de la programmation démontrent vraiment une volonté d’aller au-delà de la résilience et de vouloir vivre la vie pleinement. Les personnages sont à la recherche d’une vie meilleure, pleine, de l’amour pour eux-mêmes, pour leur communauté et leur famille. Je pense que c’est assez représentatif de tout ce qu’on a vécu. On ressort un peu de la pandémie, nous avons tous vécu une grosse année et je pense qu’à ce moment-ci on veut tous profiter pleinement de la vie», a déclaré Dominique Léger, responsable de la programmation du FICFA.

Les responsables du FICFA ont dévoilé la programmation, mardi, à Dieppe. Dominique Léger estime que les œuvres au programme, cette année, constituent un véritable baume sur le coeur.

Pas de gros drame, mais plutôt une caméra tournée vers le quotidien des gens et des personnages remplis de compassion, et ce, autant sur le plan national qu’international.

«Ça me fait énormément du bien de voir ces films et j’ai très hâte que les gens aient accès à ces personnages-là.»

Après un festival 2020 présenté presque uniquement en ligne, le FICFA revient en salle avec des projections au Cinéplex à Dieppe, au théâtre l’Escaouette, au Centre culturel Aberdeen et au Centre des arts et de la culture de Dieppe (CACD).

Un total de 34 séances régulières de projection en salle est prévu à la programmation, en plus d’une sélection limitée de dix films qui sera diffusée en ligne.

«Beaucoup d’émotions, de fébrilité et d’enthousiasme de pouvoir retrouver notre public du FICFA qu’on aime beaucoup. On est content de retrouver le public, les bénévoles et les invités de l’extérieur dans les salles de cinéma. Les émotions sont fortes.»

Petite présence acadienne

Cinq courts métrages acadiens figurent à la sélection qui ne compte toutefois aucun long métrage de l’Acadie. La catégorie de la Vague du meilleur long métrage acadien sera donc retirée de la compétition. Dominique Léger explique que la pandémie a retardé plusieurs tournages.

«Par contre j’ai des échos que l’année prochaine va être une très grosse année au niveau acadien. Cette année, on a quand même cinq très beaux courts métrages qui sont assez diversifiés.»

Un film d’animation, Terre, d’Angie et Tracey Richard, un documentaire musical sur les Hôtesses d’Hilaire de Kevin McIntyre, une fiction expérimentale queer, Mona, de Xavier Gould, une comédie dramatique, Vidéo Thérapie, de Jean-Patrick Chiasson et un film de danse, Résistance, d’Étienne Boivin et Jonah Haché.

«Je trouve que c’est super représentatif de ce qu’on retrouve en Acadie en ce moment. C’est vraiment une diversité», a mentionné Dominique Léger.

Au menu canadien et québécois, on propose 23 courts métrages et dix longs métrages dont Les oiseaux ivres d’Ivan Grbovic qui représentera le Canada aux Oscars, Bootlegger de Caroline Monnet, Maria Chapdelaine de Sébastien Pilote, le film franco-manitobain, Ste. Anne de Rhayne Vermette.

Plus de 30 films en provenance de la France, de la Belgique, de la République dominicaine, de l’Égypte, du Maroc, de la Palestine et du Liban seront présentés au Festival. Parmi eux, la palme d’or du Festival de Cannes 2021, Titane, de Julia Ducournau, le film belge Un monde de Laura Wandel et le documentaire français Les Ados tête à clap! de Patrick Fabre.

Au chapitre des nouveautés, le FICFA propose deux matinées familiales au CACD. Le programme a été conçu de concert avec le Festival Regard à Chicoutimi.

Par ailleurs, la tournée scolaire qui est déjà commencée se déroule de façon virtuelle dans les classes. Plus de 14 000 élèves ont accès à un programme de quatre films.

Comme chaque année, le volet arts médiatiques proposera plusieurs activités, des expositions, des rencontres et des soirées de performances. Des événements phares du festival tels qu’Acadie Underground, Les séances éphémères et Objectifs obliques seront de retour au Centre culturel Aberdeen.

Les gens peuvent se procurer des billets en ligne, au téléphone et dans différents points de vente, ainsi que sur les lieux du festival, une heure avant chaque projection.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle